Voiture de police incendiée à Paris : quatre jeunes présentés au juge samedi

Dans l'enquête sur la voiture de police incendiée mercredi à Paris, quatre jeunes de 19 à 32 ans sont présentés samedi matin à un juge d'instruction, en vue de leur mise en examen.

(Une voiture de police avait été attaquée à Paris et incendiée le mercredi 18 mai © MaxPPP)

Les quatre hommes arrêtés dans l'enquête sur l'incendie d'une voiture de police, mercredi à Paris, ont été déférés vendredi soir au parquet. Ils sont présentés ce samedi matin à un juge d'instruction en vue de leur mise en examen. Tous appartiennent à la mouvance antifasciste, selon le parquet. Un cinquième gardé à vue, un étudiant de 19 ans, a été remis en liberté vendredi après-midi.

Samedi matin, le parquet a requis l'ouverture d'une information judiciaire des chefs de tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique, destruction de bien d'autrui en bande organisée par moyen dangereux pour les personnes et association de malfaiteurs notamment. Il a en outre requis le placement en détention provisoire des quatre individus présentés. 

Tous appartiennent à la mouvance "antifa"

Parmi les quatre suspects, deux frères de 19 et 22 ans, étudiants en sociologie et géographie; un étudiant en histoire de 21 ans; le plus âgé, 32 ans, est chômeur mais suit une formation d'éducateur spécialisé.

Des jeunes issus de familles aisées, connus des services de police, ils étaient suivis depuis plusieurs mois par les services de renseignements de la préfecture de police de Paris. Tous appartiennent à la mouvance "antifa", et plus précisément au collectif Action antifascite Paris- banlieue.

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous...le groupe Action antifasciste Paris-banlieue

Deux d'entre eux ont un casier judiciaire pour des faits de violences aggravées, un troisième est poursuivi, mais pas encore jugé, pour violences volontaire sur des forces de l'ordre.

L'arsenal du manifestant prêt à en découdre

La perquisition à leur domicile a permis de retrouver ce qui ressemble au kit du manifestant prêt à en découdre : masque à gaz, poing américain, casque de protection, protège-tibia et des tracts anti-fascites.

Tous ont choisi de garder le silence durant leur garde-à-vue. L'un d'eux a refusé le prélèvement de ses empreintes génétiques.

Mercredi, avant de mettre le feu à une voiture de police, dans le 10e arrondissement de Paris, les quatre hommes sont souçonnés d'avoir agressé les deux agents qui se trouvaient à l'intérieur.

Ils ont ensuite lancé un fumigène qui a enflammé le véhicule, la scène a été filmée et visionnée des millions de fois sur internet.