Vidéo Radicalisation : selon Gabriel Attal, "plusieurs dizaines" de mineurs représentent actuellement une "menace"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Gabriel Attal sur France 2 -
Gabriel Attal sur France 2 Gabriel Attal sur France 2 - (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Interrogé dans "L'Evénement, l'interview" sur France 2, jeudi, le ministre de l'Education nationale a estimé que "des élèves doivent être sortis de nos établissements".

Comment prévenir la radicalisation de certains élèves, après les assassinats de Samuel Paty et Dominique Bernard ? Pour Gabriel Attal, invité jeudi 19 octobre de l'émission "L'Evénement, l'interview", il faut dans un premier temps prendre "toutes les mesures conservatoires" pour protéger la communauté éducative. Si les professeurs "signalent des élèves qui constituent potentiellement une menace, le principe de protection fait qu'on doit trouver une autre solution".

Le ministre de l'Education nationale veut, en concertation avec les ministères de l'Intérieur et de la Justice, "les sortir de nos établissements scolaires". "On doit penser à des structures spécialisées", car "on ne se bat plus à armes égales". Il évoque "plusieurs dizaines, probablement", de mineurs qui constitueraient aujourd'hui "un danger" ou "une menace".

Dans ce contexte, "on a des enseignants qui ont fait l'objet ou qui font l'objet de menaces de la part d'élèves et qui font l'objet de protection policière, poursuit Gabriel Attal sur France 2. On accorde systématiquement la protection fonctionnelle, le soutien juridique, la prise en charge des frais en justice, etc." Le ministre promet "de la fermeté, des sanctions et un travail avec les enseignants, pour leur apporter tous les moyens nécessaires pour les aider dans leurs enseignements. Est-ce que si un enseignant en fait la demande, sur certains sujets, est-ce qu'on peut lui envoyer quelqu'un qui fait la classe avec lui, pour partager cette responsabilité ? Il faut le permettre dès lors que c'est demandé", appelle-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.