VIDEO. Assassinat d'Alexandre : "On est impuissants devant ce qui se passe"

La mère d'Alexandre affronte le regard des assassins présumés de son fils, au premier jour de leur procès, à Rouen. Le jeune homme avait été tué en mars 2012 dans une forêt de Seine-Maritime.

France 2 - Anne-Claire Poignard et Pierre Beretta

La défense a tenté d'expliquer, mardi 21 mai, le meurtre du jeune Alexandre, 17 ans, en mars 2012 dans une forêt de Seine-Maritime, lors de l'ouverture du procès à Rouen de deux des quatre jeunes gens accusés d'avoir froidement exécuté leur camarade. La mère d'Alexandre s'est rendue mardi matin au palais de justice pour affronter le regard des assassins présumés de son fils et "pour voir s'ils sont aussi glacés, aussi désinvoltes, toujours aussi crâneurs", dit-elle devant la caméra de France 2. Elle espère que les deux accusés qui comparaissent comprendront la portée de leur geste.

Jugés à huis clos, les adolescents, au casier judiciaire vierge, tous âgés de 15 à 17 ans au moment des faits, encourent vingt ans de réclusion criminelle. Ils ont reconnu les faits et invoquent un phénomène de groupe. Les deux autres accusés, âgés de moins de 16 ans au moment des faits, seront jugés la semaine prochaine devant le tribunal pour enfants de Dieppe (Seine-Maritime), également à huis clos. 

Voici le compte-rendu d'audience par nos confrères de France 2.

21 mai 2013 devant le Palais de justice de Rouen (Seine-Maritime), Anna Castaldo, mère d\'Alexandre, tué à 17 ans en 2012
21 mai 2013 devant le Palais de justice de Rouen (Seine-Maritime), Anna Castaldo, mère d'Alexandre, tué à 17 ans en 2012 (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)