Vikernes, le Norvégien arrêté pour terrorisme puis relâché, veut poursuivre la France

Sur son blog, cette figure du black metal a demandé à ses soutiens de l'aider financièrement dans cette procédure contre les autorités françaises. 

Varg Vikernes en prison, en 2009.
Varg Vikernes en prison, en 2009. (RUSTEM ADAGAMOV / WIKIMEDIA COMMONS)

Sa garde à vue n'a débouché sur aucune charge liée un quelconque projet terroriste. Kristian Vikernes, alias Varg Vikernes, le Norvégien d'extrême droite arrêté en juillet en Corrèze dans une procédure antiterroriste, veut poursuivre la France. Dans un article posté sur son blog Thulean Perspective (lien en anglais) mercredi 7 août, la figure controversée du black metal en appelle à ses fans pour l'aider financièrement à poursuivre les autorités françaises. 

"Nous pensons nous battre non seulement pour nos propres droits et libertés, mais aussi pour ceux de chaque citoyen de France, et peut-être aussi des autres pays européens", assure-t-il dans ce billet, avant de conclure : "La prochaine fois, ça peut être votre tour".

Une arrestation "sans raison"

Dans ce texte, le Norvégien résidant en France avec sa femme et ses enfants, revient sur les conditions de son arrestation et sur sa garde à vue, du 16 au 18 juillet, au commissariat de Brive-la-Gaillarde. La police a "tiré dans la porte, traumatisé les enfants", "saisi les clés USB et les disques durs, et confisqué toutes les armes à feu, munitions, et armes [se trouvant dans la maison]", ainsi que "toutes sortes d'objets dont la plupart à forte valeur sentimentale". Selon lui, les "autorités françaises" n'avaient "pas de raison" pour agir de la sorte.

Il souligne notamment que sa femme a un casier judiciaire "blanc comme neige", et que si le sien porte des condamnations en Norvège [notamment pour meurtre], il n'a "jamais rien fait de criminel en France". Relâché sans charge liée à d'éventuels faits terroristes, il sera toutefois jugé à Paris pour "provocation à la haine raciale", en raison de certains contenus de ce blog.