Cet article date de plus de huit ans.

Une vaste escroquerie à la Sécu dans les Alpes-Maritimes

Des gens du voyage en guise de patients, des médecins complaisants et un pharmacien pour orchestrer le tout. C'est une vaste arnaque qui a été mise au jour après plusieurs mois d'enquête dans les Alpes-Maritimes. Alors que le pharmacien a été écroué en juin dernier, six médecins ont été mis jeudi en examen.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Sipa)

C'est une escroquerie très huilée et organisée. La gendarmerie des Alpes-Maritimes a interpellé mardi six médecins soupçonnés d'avoir participé à une escroquerie menée de main de maître par un pharmacien. Ils ont été mis en examen jeudi pour faux et usages de faux et escroquerie en bande organisée. 

Une enquête longue et minutieuse

Les généralistes, exerçant dans les communes de Cagnes-sur-mer, la Colle-sur-Loup, Nice, Roquefort-les-Pins et Villeneuve-Loubet, travaillaient tous avec un même pharmacien de la Colle-sur-Loup écroué en juin dernier. Placés sous contrôle judiciaire, les praticiens ont dû acquitter de cautions allant de 25.000 et 35.000 euros.

C'est à la suite d'une longue investigation d'un an menée par une cellule d'enquête des gendarmes de Cannes que ce véritable réseau a été mis au jour. En juin dernier déjà, 14 personnes avaient été interpellées dont le pharmacien, un médecin de Cagnes-sur-Mer et des gens du voyage. Suites aux premières perquisitions, quelque 200.000 euros en espèces avaient été saisis ainsi que de nombreux documents et l'ordinateur personnel du pharmacien permettant de mener sur la piste de nombreux praticiens. Et l'arnaque s'est révélée être simple comme bonjour. 

Faux patients mais vrais remboursements

Les médecins azuréens prescrivaient des médicaments souvent onéreux à des patients. Mais les maladies étaient fausses. Les patients étaient eux des gens du voyage vivant dans la région, dont les cartes vitales étaient parfois usurpées. Une fois l'ordonnance délivrée par les médecins complices, le pharmacien encaissait les remboursements sans délivrer un seul médicament et rémunérait les gens du voyages, parfois à hauteur d'un tiers du prix du médicament prescrit. 

Préjudice estimé de cette escroquerie : 700.000 euros. De quoi creuser un peu plus le déficit de la Sécu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.