Cet article date de plus de huit ans.

Un surveillant poignardé au centre pénitentiaire d'Alençon, sous tension depuis plusieurs jours

Une équipe régionale d'intervention et de sécurité a été dépêchée sur place pour appréhender le détenu, qui s'est retranché dans sa cellule.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un surveillant ferme une porte au sein de la prison d'Alençon/Condé-sur-Sarthe, le 30 avril 2013, à Condé-sur-Sarthe (Orne). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Trois jours après une prise d'otages, une agression. Un officier surveillant a été sérieusement blessé, jeudi 2 janvier, peu après 10h30. Il a reçu plusieurs coups de poinçon artisanal donnés par un détenu à la maison centrale d'Alençon (Orne).

"Notre collègue a été hospitalisé d'urgence après avoir été frappé de plusieurs coups de poinçon artisanal par un détenu", a déclaré Emmanuel Baudin, secrétaire régional de FO pénitentiaire. Une équipe régionale d'intervention et de sécurité a été dépêchée sur place pour appréhender le détenu, "qui souffre de problèmes psychiques", et qui s'est retranché dans sa cellule.

De nombreux troubles ces derniers jours

L'incident s'est produit dans un contexte de vives tensions au sein de cet établissement ultramoderne, inauguré en avril. Lundi, un surveillant a été retenu en otage pendant plus de quatre heures par deux détenus armés d'un couteau artisanal. Il a finalement été relâché sain et sauf.

Mardi et mercredi, de nouveaux troubles ont éclaté quand "une quinzaine de détenus ont refusé de regagner leurs cellules à 19 heures", a indiqué le syndicaliste FO. Le 16 décembre déjà, une vingtaine de détenus s'étaient brièvement rebellés, demandant à pouvoir circuler librement d'une cellule à l'autre, comme il est d'usage dans d'autres prisons.

Une journée d'action le 14 janvier

Le centre pénitentiaire d'Alençon/Condé-sur-Sarthe accueille 70 détenus condamnés à des peines longues, et réputés, pour certains, difficiles. Le 18 décembre, une cinquantaine de surveillants sur les 177 que compte l'établissement, avaient manifesté à Alençon pour réclamer de meilleures conditions de travail. FO demande notamment la création de 50 postes de surveillants supplémentaires.

Le syndicat appelle à une journée nationale d'action avec le SPS et la CFTC le 14 janvier pour réclamer des "états généraux de la prison" face à la multiplication des incidents dans les établissements français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.