Un prêtre qui accueille des migrants va-t-il être condamné?

Quand la justice des hommes et la justice divine ne font pas bon ménage. A Saint-Etienne, un prêtre qui héberge des demandeurs d’asile pourrait être condamné par la justice.

(Le père Gérard Riffard pourrait être condamné par la justice © MAXPPP)

 A l’entrée de l’église, une dizaine de matelas est empilée. Assis par terre, quelques migrants tuent le temps en écoutant de la musique africaine. Certains sont arrivés le matin même, sans bagage. Ils ont fui le  Nigeria ou la RDC. Le père Gérard Riffard nous emmène un peu plus loin, dans une grande salle de réunion transformée en dortoir.  "Là ce sont les hommes, ici essentiellement des femmes avec les gosses. Un petit coin où ils peuvent faire la cuisine et la vaisselle. C'est très sommaire" . Le prêtre retraité héberge ainsi près de 80 demandeurs d’asile à qui la préfecture n’a pas trouvé de logement. 

Un prêtre qui accueille des migrants va-t-il être condamné? Elodie Gueguen l'a rencontré
--'--
--'--

Le père Riffard, 70 ans, a fait de l’aide aux migrants le combat de sa vie. N’en déplaise à la ville de Saint-Etienne et à la justice qui veulent lui interdire de transformer son église en lieu d’accueil. Lors de l’audience qui s’est tenue en juin, le ministère public avait requis une amende de 50 euros par jour d’infraction. L'évêque de Saint-Etienne a apporté son soutien au prêtre hors la loi. En cas de condamnation, l'église règlera l'amende.