Cet article date de plus de neuf ans.

Trois personnes jugées pour le meurtre d'un bijoutier à Cambrai

Ce jeudi débute le procès de trois jeunes âgés d'une vingtaine d'années devant les assises du Nord à Douai. Ils sont suspectés d'avoir poignardé mortellement un bijoutier de Cambrai, en février 2011, pour lui soutirer au final 40 euros. Devant la recrudescence des braquages, les bijoutiers s'organisent pour mieux assurer leur sécurité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les faits remontent au 3
février 2011. Trois jeunes hommes, encagoulés, pénètrent dans une bijouterie du
centre-ville de Cambrai pour y commettre un braquage, armés d'un couteau, d'un
taser et de rouleau adhésif. Leur objectif présumé : récupérer de l'argent pour
rembourser des dettes liées à la drogue.

Les suspects confondus
par leur ADN

Le bijoutier, Hervé
Bouquignaud, 60 ans, aurait alors tenté de se mettre à l'abri dans son atelier.
Il a été frappé de coups de couteau au bras et à l'abdomen. Un commerçant qui
avait vu quelques minutes plus tôt les trois individus enfiler leur cagoule les
met en fuite. Selon la veuve de la victime, Monique Bouquignaud, les suspects
se seraient enfuis avec seulement 40 euros en poche. Ils ont été confondus par
leur ADN neuf jours après les faits.

Si l'épouse de la victime,
membre du conseil municipal de Cambrai, affirme ne pas vouloir de vengeance,
elle demande toutefois que les suspects "soient punis ". "Ils
ne lui ont laissé aucune chance", affirme-t-elle, rappelant que son époux
avait des problèmes de santé : il avait été opéré du cœur à dix reprises. Les
trois accusés risquent une peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Des mesures pour la
sécurité des bijouteries

Face à la recrudescence
des braquages qui tournent mal dans les bijouteries, les propriétaires de ce
type de commerce investissent de plus en plus dans des équipements de sécurité.
Sas d'entrée, télésurveillance, mais aussi des formations pour détecter des
comportements suspects. Ces mesures de sécurisation peuvent être exigées par
les assurances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.