Cet article date de plus de huit ans.

Thomas Fabius visé par une information judiciaire

La justice s'intéresse de près à Thomas Fabius. Une information judiciaire a été ouverte pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment" le mois dernier. La justice enquête sur les conditions de l'achat, par le fils du ministre des Affaires étrangères, d'un luxueux appartement à Paris, dans des conditions très floues.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

L'ouverture de l'information judiciaire contre Thomas Fabius, pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment", remonte au 27 juin dernier, mais elle n'est révélée que ce mardi. L'information du site Internet du Monde a été confirmée par une source judiciaire.

Selon le quotidien, les juges René Cros et Roger Le Loire, du pôle financier, auraient dans le viseur le fils de Laurent Fabius, à cause de sommes d'argent transitant ou ayant transité autour de lui  dans des conditions pas toujours très claires. Le 1er mai dernier, le magazine Le Point avait notamment révélé l'achat d'un appartement de 280 m² dans le VIIe arrondissement de Paris, pour la somme de sept millions d'euros. Une acquisition jugée suspecte, étant donné que Thomas Fabius était censé être insolvable à l'époque. Ces mouvements de fonds avaient donné lieu à un signalement de la part de la cellule anti-blanchiment Tracfin. Mais on ne sait pour l'heure si l'ouverture de l'information judiciaire concerne ces faits.

Le 4 juillet dernier, Maître Cyril Bonan, l'avocat de Thomas Fabius, avait répondu par communiqué : "Elle a été financée pour partie par un apport personnel de M. Thomas Fabius et pour partie par un emprunt bancaire, lequel est assorti de garanties usuelles, en l'occurrence une hypothèque sur le bien immobilier, ainsi qu'un contrat d'assurance-vie souscrit par Thomas Fabius et donné en gage à la banque ". Les faits visés cette fois-ci porteraient sur un domaine beaucoup plus large.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.