Cet article date de plus de neuf ans.

Thierry Gaubert, ancien proche de Nicolas Sarkozy, jugé pour détournement de fonds

L'ex-collaborateur du chef de l'Etat est jugé à partir de lundi à Nanterre dans une affaire de détournement de fonds issus du dispositif "1 % logement".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Thierry Gaubert à Paris, le 21 septembre 2011. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert comparaît à partir de lundi 6 février dans une affaire de détournement de fonds issus du dispositif "1% logement". Quelques mois auparavant, il a été mis en examen dans l'enquête sur le volet financier de l'attentat de Karachi, un autre dossier. 

L'ancien chef de cabinet adjoint de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget et secrétaire général à la mairie de Neuilly est jugé jusqu'au 17 février aux côtés de quatre hommes devant la 15e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre pour une longue liste de délits : escroquerie, exercice illégal de la profession de banquier, abus de confiance, prise illégale d'intérêts, abus de biens sociaux…

Les faits remontent à la période 1992-1998, lorsqu'il dirigeait le Comité interprofessionnel du logement l'Habitation française. L'organisme a pour vocation de collecter l'argent du "1% logement" auprès des entreprises en vue de financer des logements pour les salariés. Thierry Gaubert est soupçonné, d'une part, de s'être servi de cette structure pour investir dans des programmes profitant à des sociétés dans lesquelles il avait des parts ou des intérêts. D'autre part, l'accusation lui reproche d'avoir illégalement collecté 23,5 millions d'euros dans des ministères pour le logement des fonctionnaires. Or l'association à but non lucratif qu'il avait fondée à cet effet en 1992, Habitation pour tous, n'en avait pas l'autorisation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.