Cet article date de plus de six ans.

Procès "Picasso" : cinq ans de prison avec sursis requis contre l'ex-électricien

Cinq ans de prison avec sursis ont été requis jeudi à l'encontre de l'ex-électricien Pierre Le Guennec et son épouse Danielle, soupçonnés du "recel" de 271 oeuvres volées de Picasso entreposées pendant 40 ans dans leur garage du sud de la France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le couple Le Guennec au tribunal. La décision tombera le 20 mars © Maxppp)

 Le parquet a requis cinq ans de prison avec sursis à l'encontre de Pierre Le Guennec, ex-électricien des Picasso, et de sa femme pour le recel de 271 oeuvres de Pablo Picasso, qui ont été entreposées pendant 40 ans dans le garage du couple. "Nous avons affaire à un délit particulier, au préjudice de l'Humanité ", a lancé le représentant du ministère public, Laurent  Robert, après trois jours de procès devant le tribunal correctionnel de Grasse, qui rendra sa décision le 20 mars.

Les larmes de Pierre Le Guennec

Il a estimé que les deux septuagénaires ont porté préjudice à la "confiance " et à la "mémoire " du maître. Mais il appelle à une sanction "équilibrée" pour des prévenus "totalement dépassés " et qui "n'ont pas gagné d'argent avec cette affaire ". Pierre Le Guennec se lève alors et essuie quelques larmes pour demander au président du tribunal s'il est condamné.

"La quantité des oeuvres est incompatible avec toute notion de don "

Dans son réquisitoire, le procureur porte des coups de boutoir à la défense affaiblie des prévenus, estimant qu'il n'a "aucun doute de la culpabilité des époux ". "La quantité des oeuvres est incompatible avec toute notion de don ", ont conclu tous les témoins directs, proches et experts cités à la barre. Et l'épisode de ce don, insuffisamment détaillé, est émaillé de "nombreuses  contradictions ".

L'ombre de "Nounours"

Néanmoins, les débats n'ont pas permis d'éclaircir les circonstances de la disparition de ces oeuvres, dont l'absence est passée inaperçu dans le capharnaüm de la maison des Picasso, où des centaines d'oeuvres traînaient dans toutes les pièces. La pièce manquante du "puzzle" serait le flamboyant ex-chauffeur de Picasso, Maurice Bresnu dit "Nounours", qui a vendu avant sa mort en 1991 des dizaines d'oeuvres de Picasso présentées comme des dons. Trois proches de Nounours, entendus par le parquet de Grasse dans le cadre de réquisitions supplétives, ont rapporté des confidences de Bresnu se vantant d'avoir volé Picasso. Reste que l'instruction a finalement écarté ces éléments, non allégués.

"Si Pablo Picasso et Jacqueline étaient dans cette salle, ils seraient de leur côté! "

"Les vols ne sont pas démontrés ", insiste Me Charles-Étienne Gudin, l'un des trois avocats de la défense qui ont demandé une relaxe du couple et la restitution du cadeau saisi. "Un cadeau maudit, empoisonné ", a reconnu Me Évelyne Rees. "Je défends deux personnes honnêtes, qui face à ce bataillon d'experts éminents ont pour seul bouclier leurs souvenirs ". "Si Pablo Picasso et Jacqueline étaient dans cette salle, ils seraient de leur côté! ", a-t-elle conclu, suscitant une exclamation amusée de Maya Picasso, la fille du peintre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.