Procès Mathis : les révélations surprenantes du père

Au troisième jour de son procès pour l’enlèvement de son fils en 2011, Sylvain Jouanneau affirme avoir converti Mathis à l’islam. Le petit garçon vit maintenant dans un pays musulman. Des révélations inattendues pour les parties civiles et la cour d’assises du Calvados.

(Sylvain Jouanneau, le père de Mathis, fait des révélations surprenantes © MAXPPP)

Depuis lundi, Sylvain Jouanneau, le père de Mathis est resté muré dans le silence devant la cour d’assises du Calvados. Jugé pour l’enlèvement de son fils de huit ans le 2 septembre 2011, il n’avait jusque-là donné aucune information sur ce qu’il était advenu du petit garçon. Ce mercredi, alors qu’il était confronté à la mère de l’enfant, l’homme a livré des détails pour le moins surprenants.

Mathis en vie et converti à l’Islam

Selon lui, Mathis aurait été converti à l’Islam. Sylvain Jouanneau explique qu’il lui a appris à faire ses ablutions et que l’enfant de huit ans aurait pris ça pour un jeu. En 2006, le père s’était lui-même converti et avait eu, un temps, le projet de se marier à une Marocaine. Devant des parties civiles ahuries, Sylvain Jouanneau a expliqué que son fils se trouverait à l’étranger, dans un pays musulman dont il préfère taire le nom. Il a affirmé même que, malgré sa détention, il aurait régulièrement des nouvelles de Mathis et qu’il "va bien ".

La crédibilité du père mise à mal

Mais les propos de Sylvain Jouanneau sont difficiles à croire. En début d’après-midi, deux policiers en charge de l’affaire ont été entendus par le tribunal. Ils ont jugés très peu crédible la possibilité que le père ait eu des "complices puissants".  "Des gens qui bénéficient d'un réseau fort organisent une fuite" , a expliqué Olivier Dumont, l’un des directeurs de l'enquête. Sylvain Jouanneau, lui, a erré pendant plusieurs semaines dans le sud de la France avant d'être arrêté.

Une nouvelle épreuve pour la famille

Cet après-midi a donc été très éprouvante pour les parties, exaspérées par l'attitude de l’accusé. Confronté à Nathalie Barré, la mère de Mathis, Sylvain Jouanneau l’a accusé de jouer les victimes. "C’est forcément moi qui dois tout supporter", s’est-il énervé. "Maintenant ça suffit ! Elle doit se faire soigner."   Le verdict est attendu ce jeudi, dans la journée.