Cet article date de plus de neuf ans.

La mère de Mathis face au silence de son ex-compagnon : "il se fiche de notre souffrance"

Nathalie Barré, la mère de Mathis, est à bout. Son ancien compagnon, Sylvain Jouanneau, comparait depuis lundi 1er juin devant la cour d'assises du Calvados pour l'enlèvement de son fils. Mais, il refuse toujours de dire ce qu'il est advenu de l'enfant.
Article rédigé par Corinne Audouin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Nathalie Barré, la mère de Mathis, désespérée par le silence de son ancien compagnon. © MAXPPP)

Elle n'en peut plus. Nathalie Barré, la mère de Mathis, ne supporte plus le silence son ex-compagnon, Sylvain Jouanneau. Jugé depuis lundi 1er juin par la cour d'assises du Calvados pour l'enlèvement et la séquestration de son fils de huit ans, le 2 septembre 2011, il refuse de dire où Mathis se trouve aujourd'hui.

Le père garde le silence malgré les questions insistantes des magistrats et les supplications de son ex-femme et sa famille. "On a, à chaque fois, le sentiment qu'il va nous dire où se trouve Mathis et puis au final, il revient sur sa décision, déplore Nathalie Barré, la gorge serrée. C'est affligeant, c'est déconcertant. [...] Il se fiche totalement de la souffrance de toutes les personnes qui sont là, tout particulièrement de la mienne."

"Il nous tient d'un fil. C'est tellement dur !" Nathalie Barré, la mère de Mathis

Sylvain Jouanneau continue d'affirmer qu'il a confié, il y a quatre ans, le petit garçon à des connaissances à l'étranger mais qu'il refuse de les compromettre en donnant plus de détails. Une attitude que Nathalie Barré ne comprend pas : "C'est inquiétant pour Mathis. On a affaire à quelqu'un de totalement irrationnel. Il nous tient comme ça d'un fil, et au final, il ne dit rien. C'est trop difficile."

Ce mercredi, au troisième jour du procès, a lieu la confrontation entre les deux parents de Mathis, avant les plaidoiries des parties civiles. Le verdict est attendu demain, jeudi. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.