Procès de Georges Tron : l'accusé dénonce "une cabale politique"

La première journée du procès de Georges Tron, accusé de viol, a permis à l'accusé de donner sa version des faits. Clément Weill-Raynal fait le récit de cette première journée de procès pour France 3.

FRANCE 3

Première journée agitée pour le procès de Georges Tron. L'ancien secrétaire d'État est accusé de viol par deux anciennes employées de la municipalité de Draveil (Essonne) dont il est le maire. Sur place, Clément Weill-Raynal fait le récit de cette première journée de procès.

Un accusé combatif

Le journaliste raconte : "Cette première journée d'audience consacrée à la personnalité de l'accusé a montré un Georges Tron très combatif qui réfute toute accusation de viol. Une bonne partie des débats portait sur cette technique de massage de la plante des pieds à laquelle le maire de Draveil se livrait avec assiduité. 'J'ai été caricaturé par mes adversaires politiques qui ont monté une véritable cabale pour m'abattre', dit-il avant de raconter à la barre sa réelle passion pour les médecines naturelles, parallèles. Il a créé une association, organisé des colloques et rédigé un rapport parlementaire. Il ajoute : 'En trente ans, je me suis occupé de milliers de personnes. Aujourd'hui, seules deux femmes viennent m'accuser de viol'. Deux femmes auxquelles il sera confronté devant la cour d'Assises le 13 décembre."

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien secrétaire d\'Etat Georges Tron, le 12 décembre 2017.
L'ancien secrétaire d'Etat Georges Tron, le 12 décembre 2017. (JACQUES DEMARTHON / AFP)