Cet article date de plus de neuf ans.

"Pierrot le fou" rejugé en appel pour trois meurtres

La Cour d’assises d’appel du Haut-Rhin juge le multirécidiviste Pierre Bodein, 60 ans, accusé de trois meurtres d’une extrême violence, commis en 2004 alors qu’il se trouvait en liberté conditionnelle depuis trois mois…
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

En juillet 2007, au terme de trois mois de procès, "Pierrot le fou" avait été condamné par la Cour d’assises des mineurs du Bas-Rhin à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté "incompressible" de 30 ans. La peine la plus sévère du code pénal français. Il avait fait appel de ce verdict. En dépit de ses incessantes dénégations, les jurés avaient reconnu Bodein coupable du meurtre d’Hedwige Vallée, 38 ans, de la séquestration, du viol et du meurtre de Jeanne-Marie Kegelin, 10 ans, et du viol et du meurtre de Julie Scharsch, 14 ans. Ils l’avaient également condamné pour deux tentatives d’enlèvements. Les corps des victimes, partiellement dénudés et sauvagement mutilés au niveau du bas-ventre, avaient été retrouvés en juin et juillet 2004 dans la région d’Obernai (Bas-Rhin), après d’intenses recherches. En liberté conditionnelle depuis trois mois, Pierre Bodein avait été rapidement interpellé, confondu par des témoignages et des empreintes génétiques des victimes retrouvées dans sa voiture et sur des couteaux lui appartenant. En appel, "Pierrot le fou" comparaît seul, après l’acquittement général de ses 18 coaccusés, des gens du voyage sédentarisés accusés d’une complicité présumée dans les faits commis sur Jeanne-Marie. A l’isolement depuis quatre ans, Pierre Bodein "attend d’être reconnu innocent", selon son nouvel avocat. Me Renaud Bettcher prédit que ce nouveau procès sera celui "de l’ADN", tant les empreintes génétiques qui accablent son client ont pesé lourd lors du premier procès. De leur côté, les parties civiles espèrent la confirmation de la peine prononcée en première instance. Verdict à partir du 2 octobre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.