VIDEO. Réforme pénale : pour Ciotti, 10 000 à 20 000 détenus "seront demain sur le marché de la délinquance"

Sans surprise, le député UMP Eric Ciotti dénonce l'idéologie "laxiste" qui triomphe au détriment de la sécurité et des droits des victimes.

FRANCE 2

Les arbitrages sur la très controversée réforme pénale, confirmant la création d'une peine de probation, une peine de "contrainte pénale" sans prison pour certains délits et la suppression des peines plancher, ont été annoncés, vendredi 30 août, par le gouvernement. La peine de probation est une peine de "contrainte pénale" sans prison pour certains délitsLe projet, dont la droite dénonçait par avance le laxisme, avait donné lieu à un prise de bec entre les ministres de l'Intérieur et de la Justice.

Sans surprise, le député UMP Eric Ciotti dénonce l'idéologie "laxiste" qui triomphe au détriment de la sécurité et des droits des victimes : "Madame Taubira veut installer dans notre pays une nouvelle politique pénale beaucoup plus laxiste, une nouvelle politique pénale qui accorde une place beaucoup plus faible à la prison ferme", a-t-il affirmé devant la caméra de France 2.

Selon le député des Alpes-Maritimes,  "il y aura 10 000 à 20 000 détenus de moins qui seront demain sur le marché de la délinquance et vont faire augmenter de façon exponentielle la délinquance dans notre pays"

Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, le 14 juin 2013 à Mandelieu-la-Napoule (Alpes Maritimes).
Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, le 14 juin 2013 à Mandelieu-la-Napoule (Alpes Maritimes). (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)