Cet article date de plus d'onze ans.

Pas de Légion d'honneur pour Renaud Lavillenie

La promotion de Légion d'honneur 2013 brille par une absence remarquée, celle du Cognaçais Renaud Lavillenie, médaillé d'or au saut à la perche à Londres et premier champion olympique français en athlétisme depuis 1996 et les Jeux d'Atlanta : selon la Grande chancellerie, l'athlète ne "remplirait pas toutes les conditions requises". Eclairage.
Article rédigé par Ludovic Pauchant
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Une médaille d'or au saut à la perche à Londres, une
première place au podium des champions olympiques d'athlétisme, du jamais vu
depuis les jeux d'Atlanta mais... pas de Légion d'honneur. Pourtant, la promotion
2013 fait, comme les années précédentes, la part belle aux sportifs de haut
niveau : on y retrouve ainsi 87 médaillés français aux J.O de Londres.
Parmi eux, le
nageur Yannick Agnel, le judoka Teddy Riner ou encore l'athlète malvoyante
Assia El Hannouni. Mais du perchiste Renaud Lavillenie, point...

Casier judiciaire

Interrogée sur cet "oubli"
regrettable, l'attachée de presse de la Grande chancellerie de la Légion d'honneur
s'est bornée à déclarer que l'athlète "ne remplit pas toutes les
conditions requises
" précisées au point 1.2 du communiqué de presse de
la Chancellerie. Un paragraphe où il est souligné que "nul ne peut être
décoré s'il a une condamnation à son casier judiciaire où s'il se trouve cité
dans une procédure en cours
".

Accident de la circulation

Renaud Lavillenie
explique ainsi lui-même qu'il doit une mention à son casier judiciaire après un
accident de moto en 2007 à Bordeaux, dans lequel un enfant avait été blessé et
pour lequel le futur champion avait été jugé responsable.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.