Paris suspects : 3 mois avec sursis et 30.000 euros d'amende requis contre Nikola Karabatic

Dans l'affaire des paris suspects autour du match de handball Cesson-Montpellier, le procureur de la République Patrick Desjardins a requis ce lundi trois mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende contre Nikola Karabatic, un des seize prévenus jugés pour escroquerie.

(Nikola Karabatic au tribunal de Grande Instance de Montpellier © MaxPPP)

Pour le procureur de la République Patrick Desjardins, aucun doute, il y a eu "tricherie ". Il l'a asséné ce lundi lors de son réquisitoire au tribunal de Grande Instance de Montpellier à propos des paris suspects autour du match de 1ere division de handball Cesson-Montpellier.

De 3 à 6 mois de prison avec sursis requis

Le procureur a requis trois mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende contre Nikola Karabatic et trois mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende contre Luka Karabatic. Concernant les 14 autres prévenus jugés pour escroquerie, Patrick Desjardins a réclamé des peines allant de 7.500 à 80.000 euros d'amende et des peines de prison avec sursis comprises entre trois et six mois. 

"Pas de place pour l'ignorance"

Le procureur a dénoncé une "tricherie en équipe " et a reproché à Nikola Karabatic qu'il avait "cautionné tout ça ". "Il n'y a aucun pari qui a été pris dans votre dos , il n'y a pas de place pour l'ignorance " a dit le magistrat alors que les proches de Nikola Karabatic avaient tour à tour tenté de le dédouaner au cours de leurs audiences.

"Gérer son retard, ça s'appelle de la triche"

Les charges qui pèsent sur les frères Karabatic et six autres joueurs professionnels de Montpellier concernent un match de 1ere division joué le 12 mai 2012, entre Cesson et Montpellier. Les joueurs sont suspectés d'avoir parié sur un avantage à la mi-temps pour Cesson et d'avoir ensuite arrangé le match

"On ne leur reproche pas d'avoir truqué tout le match. C'est beaucoup plus subtil. Ce qu'on leur reproche, c'est d'avoir géré leur retard ", a déclaré le procureur pendant son réquisitoire, rappelant que Montpellier "n'a jamais mené" dans cette rencontre". "Gérer son retard, cela s'appelle de la triche ", a-t-il insisté.

102.300 euros pariés en 50 minutes sur ce match

En tout, 102.300 euros ont été pariés sur cette rencontre entre 10h et 10h50 le même jour, chez 15 détaillants français. Les paris sur le score en faveur de Cesson à la mi-temps ont rapporté 300.000 euros de gains, au détriment de la Française des jeux.