Cet article date de plus de cinq ans.

Ouverture du procès d'Echirolles sous haute surveillance

Le procès de la rixe mortelle d'Echirolles s'est ouvert ce lundi à Grenoble. La cour décidera ce mardi matin si ce procès, qui doit durer six semaines, se déroulera à huis clos ou pas.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le procès de la rixe mortelle d'Echirolles s'est ouvert ce lundi © MAXPPP)

La cour d'assise de Grenoble décidera ce mardi si le procès de la rixe mortelle d'Echirolles en 2012 se déroulera à huis clos ou pas. Cette question de la publicité des débats a été au coeur de la première journée d'audience ce lundi. Deux des douze accusés étaient mineurs au moment des faits et les avocats de la défense ne sont pas tous d'accord sur la question. Certains réclament un procès public à l'image de Francis Szpiner, avocat des familles de victimes. "Je rappelle que dix accusés sur douze étaient majeurs au moment des faits et qu'il sont tous majeurs aujourd'hui. "

Maître Francis Szpiner, avocat des familles de victimes, veut un procès public
écouter
D'autres, comme Me Joëlle Vernay, avocate de deux accusés dont un mineur au moment des faits sont contre."Dans cette affaire très particulière, j'ai peur que le quartier de la Villeneuve et le quartier d'Échirolles viennent troubler le débat" , a-t-elle expliqué avant l'ouverture de l'audience..

Les accusés âgés de 19 à 24 ans, dont trois comparaissent libres, sont arrivés sous escorte policière et ont pris place derrière un nouveau box vitré conçu spécialement pour le procès. Le calme régnait ce lundi aux abords de la cour d'assise de Grenoble où une compagnie de CRS était positionnée pour sécuriser les lieux. 

Une bagarre mortelle

Le 28 septembre 2012, une bagarre éclate devant un lycée d'Echirolles entre Wilfried, le frère de Kevin, et un autre garçon au sujet d'une fille. Des affrontements s'ensuivent alors entre différents groupes des quartiers des Granges à Echirolles et de la Villeneuve à Grenoble. Dans la soirée, une vingtaine de jeunes décident de lancer une expédition punitive à Echirolles. Face à eux, Kevin, étudiant en master, et son ami Sofiane, éducateur, leur demandent de rentrer chez eux.

A LIRE AUSSI ►►► Double meurtre d'Echirolles : reconstitution sous haute sécurité

Le déchaînement de violence est alors impressionnant : Kevin est frappé de huit coups de couteau, et Sofiane est poignardé à 31 reprises et frappé à la tête avec un marteau. Le drame suscite alors une vague d'émotion et d'indignation au-delà de l'Isère.

A LIRE AUSSI ►►►Tout ce qu'il faut savoir sur le drame d'Echirolles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.