Cet article date de plus de neuf ans.

Orléans : le dernier père a quitté la cathédrale

Retranché au sommet de la cathédrale d'Orléans depuis jeudi, le dernier père souhaitant dénoncer les problèmes de garde d'enfants à la suite de séparation a évacué les lieux ce samedi matin, fatigué et amer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il a passé la nuit seul dans la tour de la cathédrale, pour poursuivre son combat pour une "coparentalité" et que le "droit des enfants à leurs deux parents soit respecté en cas de divorce" . Dernier des neuf parents retranchés dans les hauteurs de la cathédrale d'Orléans depuis jeudi, le Caennais Olivier Munoz est descendu de son perchoir ce samedi matin.

A la différence de ses collègues descendus vendredi et plutôt optimistes quant à l'évolution de leur dossier, Olivier Munoz s'est montré amer. Avant de suivre la police pour être interrogé, il a estimé que son action, 41 heures à 40 m du sol, n'avait servi à rien.

Dans la lignée de la "Grue jaune"

Neuf parents (huits hommes et une femme) venus de plusieurs régions de France s'étaient retranchés dans la cathédrale d'Orléans jeudi à l'occasion d'une visite qu'ils avaient eux-même organisée. Souhaitant mettre en lumière leur bataille pour la garde de leur enfant, leur action rappelle celle du père divorcé retranché en haut d'une grue à Nantes en février, et du collectif créé à la suite de cette action.

Des membres de ce collectif de la Grue jaune et du mouvement SOS Papa ont rejoint le bas de la cathédrale vendredi. Et leur venue a été bien accueillie par les parents qui ont mené l'action, lesquels se sont dits "contents que les associations viennent [les] soutenir" .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.