Octuple infanticide : Dominique Cottrez condamnée à 9 ans de prison

La cour d'assises du Nord a condamné ce jeudi Dominique Cottrez à 9 ans de prison pour avoir tué huit de ses bébés à leur naissance entre 1994 et 2007. Un verdict d'"apaisement" selon la défense de cette mère de famille de 51 ans.

(Dominique Cottrez (au centre) pourra demander une libération conditionnelle dans un an © MaxPPP)

Reconnue coupable par la cour d'assises du Nord du meurtre de huit nourrissons juste après leur naissance, Dominique Cottrez a été condamnée ce jeudi à 9 ans de prison. L'avocat général avait requis 18 ans mercredi contre cette ancienne aide-soignante de 51 ans, mère de deux filles, Emeline et Virginie, qui ont réagi avec beaucoup d'émotion à l'énoncé de ce verdict. Elles remercient les jurés.

"Merci de nous avoir compris" les filles de Dominique Cottrez
--'--
--'--

Altération du discernement retenue par les jurés

Les jurés n'ont pas retenu la préméditation pour le premier infanticide et ont reconnu une altération du discernement de Dominique Cottrez. Entre 1994 et 2007, elle a tué huit de ses bébés en les étouffant. C'est l'infanticide le plus important jamais jugé en France.

Libération conditionnelle dans un an

C'est un verdict d'"apaisement " a estimé la défense de Dominique Cottrez, qui a déjà annoncé qu'elle ne fera pas appel de cette condamnation. Au moment de l'annonce du verdict, Domnique Cottrez a mis les mains sur son visage et a pleuré, entouré de sa famille. Ce jeudi, à la fin de l'audience du dernier jour de son procès, Dominique Cottrez avait déjà éclaté en sanglots et demandé "pardon " à sa famille.

Marie Hélène Carlier, l'autre avocate de Dominique Cottrez avec Me Franck Berton, a le sentiment que les jurés, en rendant ce verdict, ont reconnu que sa cliente était malade. "C'est une avancée énorme la décision qui a été prise, une avancée juridique et médicale qui donne de l'espoi r" a-t-elle réagi.

"C'est une avancée juridique et médicale énorme" Marie Hélène Carlier, avocate de Dominique Cottrez
--'--
--'--

Au cours de son procès, elle avait d'abord avancé l'inceste avec son père pour expliquer pourquoi elle avait tué ses nourrissons. Mais cette explication avait volé en éclat après qu'elle ait avoué que son père ne l'avait jamais violé. Dominique Cottrez pourra demander une libération conditionnelle dans un an.   "Les jurés de la cour d'Assises du Nord ont compris la détresse de cette femme, son isolement" a commenté à Me Franck Berton, l'avocat de Dominique Cottrez. 

"Je remercie ces jurés qui ont jugé avec intelligence" Me Franck Berton, l'avocat de Dominique Cpttrez
--'--
--'--