Cet article date de plus de huit ans.

Procès Cottrez : l'accusée avoue ne jamais avoir été violée par son père

Jugée à la Cour d'assises du Nord pour un octuple infanticide, Dominique Cottrez a avoué ce lundi ne jamais avoir été violée par son père, contrairement à ce qu'elle avait affirmé pendant l'enquête.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Dominique Cottrez (à droite) et son avocat Franck Berton à la cour d'assises du Nord ©)

C'est un rebondissement inattendu dans le procès de Dominique Cottrez, jugée à la Cour d'assises du Nord, à Douai, pour avoir tué à leur naissance huit de ses bébés. L'accusée, interrogée ce lundi par son propre avocat Franck Berton, a finalement avoué ne jamais avoir été violée par son père, contrairement à ce qu'elle avait affirmé lors de l'enquête sur cet octuple infanticide.

Son propre avocat la fait craquer

Pendant l'audience, Franck Berton lui a demandé de jurer sur la tête de ses deux filles présentes dans la salle qu'elle avait bien été violée par son père dans sa jeunesse. Dominique Cottrez a fini par craquer et a répété plusieurs fois "non" avant de fondre en larmes. La thèse d'agressions sexuelles subies pendant sa jeunesse était l'un des arguments clés de la défense pour expliquer les infanticides. 

Dominique Cottrez avait pourtant décrit ces viols

Ce lundi, Domnique Cottrez a d'abord tenté de décrire ces viols présumés subis dans son enfance. Mais l'avocat général et les avocats d'associations de défense des enfants semblaient sceptiques. Après les révélations de Dominique Cottrez, qui ont surpris toute la salle d'audience, la présidente de la cour a suspendu la séance pendant une quinzaine de minutes.

Olivier Boy, journaliste au service police / justice de France Info a suivi l'audience ce lundi à la cour d'assises du Nord.

Des larmes déjà lors de l'ouverture de son procès

Dominique Cottrez avait déjà laissé paraître sa grande fragilité psychologique jeudi dernier lors de l'ouverture de son procès. Elle était arrivée en pleurs au tribunal.

Après deux années de détention provisoire, elle comparaît libre, sous contrôle judiciaire, devant la Cour d'assises du Nord. Mère de deux filles, cette ancienne aide-soignante de 51 ans est accusée d'avoir étouffé huit de ses bébés entre 1989 et 2007. L'affaire avait éclaté en 2010.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.