Cet article date de plus d'onze ans.

Nouvelle perquisition au siège d'Ikea

Dans l'affaire de la surveillance illégale des salariés d'Ikea, le siège social du groupe à Plaisir (Yvelines) a été perquisitionné une seconde fois jeudi. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le siège social français du groupe suédois situé dans les Yvelines a été perquisitionné de nouveau jeudi 5 juillet 2012. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Une seconde perquisition a eu lieu jeudi 5 juillet au siège social d'Ikea France, à Plaisir (Yvelines), dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de surveillance illégale de salariés du groupe.

Après une première opération le 13 mars, cette nouvelle perquisition a été menée par six policiers au service des archives du siège français du géant suédois de l'ameublement.

"Nous nous félicitons de l'avancée de l'enquête. Cela démontre le sérieux et l'importance des faits dénoncés dès le 1er mars 2012", ont déclaré les avocats des syndicats, Yassine Yakouti et Sofiane Hakiki.

Des dirigeants écartés et création d'un code de bonne conduite

L'affaire avait éclaté en février, avec des révélations du Canard enchaîné accusant la filiale française du groupe suédois d'avoir "fliqué" des salariés et des clients, en se procurant des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers ou sur leurs comptes en banque.

Après plusieurs dépôts de plainte émanant notamment des syndicats FO et CGT, une information judiciaire avait été ouverte en avril et, en mai, Ikea France avait annoncé le départ de quatre dirigeants, dont son ancien patron, tous soupçonnés d'être mêlés à ce scandale.

La semaine dernière, Ikea a annoncé la mise en place d'un "code de conduite", d'un "département gouvernance et conformité" et d'un "comité d'éthique" consultatif, censés tirer les leçons de cette affaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.