Cet article date de plus de neuf ans.

Longuet et Collard assignés en justice après leur bras d'honneur

Fin octobre, l'ancien ministre de la Défense Gérard Longuet avait effectué un bras d'honneur retentissant sur le plateau de Public Sénat, imité par la suite par Gilbert Collard. Deux associations ont porté plainte.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérard Longuet, le 27 mars 2012 à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

JUSTICE – Auteur d'un retentissant bras d'honneur fin octobre sur le plateau de Public Sénat, Gérard Longuet va devoir s'expliquer devant le tribunal. Deux associations, le Rassemblement démocratique algérien pour la paix et le progrès (RDAP) et l'Organisation arabe unie (OAU), ont assigné en justice, jeudi 14 décembre, l'ancien ministre de la Défense, selon Les Inrocks. Gilbert Collard, qui avait imité son geste, est aussi assigné devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, spécialisée dans les délits de presse.

Gérard Longuet avait été immortalisée par les caméras de Public Sénat à la fin d'une émission, alors qu'il pensait ne plus être filmé, alors qu'il réagissait à la demande de l'Algérie d'une "reconnaissance franche des crimes perpétrés par le colonialisme français". Ancien militant du mouvement d'extrême droite Occident et défenseur de l'action coloniale de la France en Algérie, c'est peu de dire que Longuet n'est pas favorable à la demande d'Alger.

Gérard Longuet "s'en fiche"

Saada Zaoui, dirigeant du RDAP et de l'OAU, "considère ce geste comme outrageant à l’égard des morts et des martyrs de la guerre d’Algérie et, à travers eux, à l’égard des personnes d’origine et/ou de nationalité algérienne", a expliqué son avocat aux Inrocks. Il réclame 50 000 euros pour chaque association et 20 000 euros à titre personnel pour "préjudice moral subi".

Les deux mêmes associations ont assigné en justice une semaine auparavant l'hebdomadaire Charlie Hebdo pour la publication de caricatures polémiques du prophète Mahomet.

Invité à réagir par l'hebdomadaire, Gérard Longuet a contesté le qualificatif d'injure publique. "Je m'en fiche, (..) chacun peut s’amuser. La justice est gratuite, chacun peut déposer des assignations", a-t-il commenté. Gilbert Collard n'a pas encore réagi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.