Les sirènes d'alerte ne fonctionnent pas bien en France

Un litige entre le ministère de l'Intérieur et Orange sur l'entretien du réseau national d'alerte entraîne actuellement des dysfonctionnements. Ils concernent les 4.300 sirènes d'alerte qui retentissent en cas de catastrophes naturelles ou technologiques. Le Conseil d'Etat examine en ce moment le dossier.

(Maxppp)

Les sirènes d'alerte françaises ne marchent pas toutes correctement. C'est le constat de la
Direction de la sécurité civile du ministère de l'Intérieur qui pointe un dysfonctionnement du réseau auquel elles sont reliées, le réseau national d'alerte
(RNA). La raison : un litige entre le ministère de l'Intérieur et l'opérateur
Orange. Il porte sur l'entretien du RNA. Selon le site du Parisien , Orange assurait l'entretien
informatique du réseau jusqu'en 2011, puis a décidé d'arrêter. La Direction de
la sécurité civile a porté cette décision en justice, et c'est désormais au
Conseil d'Etat de trancher. 

Déclenchées à distance en cas
de problèmes

Les sirènes d'alerte du RNA sont
déclenchées en cas de catastrophes naturelles, technologiques ou encore d'accident
nucléaire. Elles sont un héritage de la Seconde Guerre mondiale. Il y en a
4.300 en France. Elles sont testées tous les premiers mercredis du mois. Elles
retentissent durant cinq secondes, à trois reprises. A cause du
dysfonctionnement, certaines ne se déclenchent pas normalement car le signal ne
leur parvient pas. Dans ce cas-là, elles peuvent être mises en route par des
bureaux spéciaux qui se trouvent dans les préfectures.

Il existe également cinq
bureaux généraux d'alerte dans les locaux de l'armée de l'air, ainsi qu'un
centre national situé au Mont Verdun (Loire).

En plus de ces 4.300 sirènes
du réseau national d'alerte, il existe en France des sirènes d'entreprises
(classées Seveso par exemple) et celles des communes, ce qui fait un total de
10.000 sirènes.