Les pompiers de l'Orne condamnés après un feu mal éteint

Le tribunal administratif de Caen a condamné les pompiers de l'Orne à payer 130.000 euros de dédommagement à une compagnie d'assurance. En janvier 2011, ils étaient intervenus pour éteindre un incendie chez un habitant, mais le feu avait repris quelques heures après leur départ.

(Maxppp)

Dans la nuit du 6 au 7 janvier 2011, un habitant de Ménil-Gondouin, un petit village de l'Orne, appelle les pompiers car un incendie s'est déclaré dans sa cuisine. Ils interviennent, maîtrisent le feu, et quand ils quittent les lieux, seule la cuisine est détruite.

Mais quelques heures plus tard, le feu reprend et toute la maison est ravagée par les flammes, malgré une deuxième intervention des pompiers. L'assurance du propriétaire l'indémnise alors à hauteur de 131.221 euros.

En février 2012, le propriétaire de la maison et la compagnie d'assurance décident de porter plainte auprès du tribunal administratif de Caen. Celui-ci vient donc de leur donner raison et condamne les pompiers à rembourser les 131.221 euros à la compagnie d'assurance, et à payer 3.000 euros au propriétaire au titre du préjudice moral.

Le tribunal considère en effet que si le feu a pris une deuxième fois, c'est que tout n'avait pas été correctement éteint, car les pompiers avaient écarté tout risque de reprise. Les pompiers ont deux mois pour faire appel.