Cet article date de plus d'un an.

Le Planning familial de la Gironde vandalisé : "Une fois de plus, l'extrême droite affiche son vrai visage", réagit sa co-présidente

Pour la deuxième fois en deux semaines, le Planning familial de la Gironde a été la cible d'un groupuscule d'extrême droite.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Planning familial (illustration). (RÉMI DUGNE / MAXPPP)

"Une fois de plus, l'extrême droite affiche son vrai visage", a réagi Annie Carraretto, co-présidente du Planning familial de Gironde qui a été la cible d'un groupuscule d'extrême-droite, pour la deuxième fois cette semaine. Un message contre le droit à l'avortement a été inscrit en rouge sur la façade des locaux à Bordeaux.

Ce n'est pas la première fois que le Planning familial est ciblé à Bordeaux : "Il y a eu énormément de tags du temps de la 'Manif pour tous.' Il y en a eu un peu chaque fois que la loi a évolué", explique la co-présidente du Planning familial de Gironde. "On n'en a jamais trop parlé parce qu'on n'aime pas leur faire non plus trop de publicité. Mais en même temps, aujourd'hui, je crois qu'il y a vraiment une confrontation politique de choix de société et que nous avons tout intérêt à ouvrir ce débat", ajoute-t-elle. 

"L'extrême droite de plus en plus décomplexée"

Auparavant, le Planning familial de la Gironde a été la cible d'actions du groupe Bordeaux nationaliste "qui signait ses interventions" et "qui a été dissous récemment par Monsieur Darmanin", rappelle-t-elle. Cette fois "c'est Action directe identitaire". "Ils sont beaucoup moins connus, mais, ils se réclament bien évidemment de la même ligne", dit-elle.

"Le Rassemblement national veut nous faire croire à une respectabilité à l'Assemblée, et on a des groupes d'extrême droite de plus en plus décomplexés, qui, eux, affichent vraiment un projet de société qui n'est pas la nôtre", regrette-t-elle. Le Planning familial de la Gironde a déposé une plainte "pour délit d'entrave à l'IVG".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.