Cet article date de plus d'un an.

Le Planning familial de la Gironde ciblé par un groupuscule d'extrême droite pour la deuxième fois en deux semaines

Un message contre le droit à l'avortement a été inscrit en rouge sur la façade des locaux à Bordeaux. L'association a déposé une nouvelle plainte "pour délit d'entrave à l'IVG".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une banderole du Planning familial de la Gironde déployée le 11 janvier 2014 à Bordeaux. (THIBAUD MORITZ / MAXPPP)

"Ces attaques sont inadmissibles et choquantes." Pour la deuxième fois en deux semaines, le Planning familial de la Gironde a été vandalisé par un groupuscule d'extrême droite, a annoncé l'association, jeudi 23 février, dans un communiqué. Cette dernière a déposé une plainte "pour délit d'entrave à l'IVG", comme la première fois.

Dans la nuit de mardi à mercredi, "une inscription en lettres rouges, ciblant l'IVG, revendiquée par 'Action directe identitaire' et une Croix de Lorraine" ont été inscrits sur la façade de nos locaux à Bordeaux, a précisé à l'AFP Annie Carraretto, coprésidente du Planning familial dans le département. D'après elle, le précédent message découvert sur la devanture le 8 février "visait, lui, les actions menées en faveur de la contraception masculine".

"Faire front commun face à ces attaques incessantes"

"Si l'inscription diffère, le message reste le même : nos actions pour défendre les droits sexuels et reproductifs dérangent. Mais nous ne nous laisserons jamais impressionner ni par ces méthodes, ni par ces personnes. Attaquer notre devanture, c'est aussi tenter d'intimider nos publics par des actions 'choquantes'", écrit le Planning familial.

Ces "attaques" sont "la traduction d’une extrême droite de plus en plus implantée et décomplexée sur notre territoire, comme en témoigne le grand nombre d’élus locaux attachés au Rassemblement national. Elles sont aussi l'expression d’un conservatisme anti-choix, anti-IVG, anti-LGBT fort sur notre ville de Bordeaux", estime le Planning familial. Afin de "faire front commun face à ces attaques incessantes", l'association appelle à un rassemblement de soutien le 1er mars à 17h30 à Bordeaux.

De son côté, le maire de la ville, Pierre Hurmic, a condamné "avec la plus grande fermeté", sur Twitter, cette "attaque inadmissible qui démontre la décomplexion de ces idées nauséabondes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.