Le maire FN de Hayange, Fabien Engelmann, condamné à un an d'inéligibilité

Jugé pour des irrégularités dans ses comptes de campagne, il a annoncé faire appel de cette décision.

Fabien Engelmann, maire FN de Hayange (Moselle), lors d\'un conseil municipal, le 3 septembre 2014.
Fabien Engelmann, maire FN de Hayange (Moselle), lors d'un conseil municipal, le 3 septembre 2014. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Le maire de Hayange (Moselle) a été condamné, vendredi 19 décembre, à une peine d'un an d'inéligibilité par le tribunal de Strasbourg. Fabien Engelmann était jugé pour des irrégularités dans ses comptes de campagne. Devant le tribunal administratif de Strasbourg, la rapporteure publique a évoqué "un manquement d'une particulière gravité à la loi électorale". L'élu a annoncé qu'il allait faire appel de cette décision. Que lui reproche la justice ? Doit-il démissionner ? Francetv info vous en dit plus.

Que lui est-il reproché ?

Fabien Engelmann, 35 ans, ancien cégétiste rallié au Front national, a remporté en mars les municipales avec 34,7% des suffrages devant le maire socialiste sortant, Philippe David. Mais en octobre, la Commission nationale des comptes de campagne a rejeté ses comptes puis transmis le dossier à la justice administrative.

Mardi, la rapporteure publique s'est attardée sur les 1 575 euros de frais de création et d'impression de tracts électoraux, que le candidat aurait omis d'intégrer à ses comptes de campagne, dont le total déclaré s'élevait à 12 000 euros. La somme aurait été avancée par une colistière, son ex-première adjointe Marie Da Silva aujourd'hui entrée en dissidence. Mais pour Fabien Engelmann, il s'agit d'une "erreur technique" et non d'une "fraude", comme l'en accuse Marie Da Silva"M. Engelmann ne peut se prévaloir que les paiements auraient été effectués à son insu par sa colistière, car il n'apporte aucun élément pour corroborer" cette thèse, a estimé mardi la magistrate Guénaëlle Haudier.

Elle a aussi souligné d'autres irrégularités dans ses comptes de campagne, portant la somme totale non déclarée à 1 939 euros, soit 14,22% du total de ses dépenses. Or, dans une affaire similaire, un candidat avait été déclaré inéligible pour n'avoir pas intégré à ses comptes 14,6% de ses dépenses, a-t-elle précisé.

Cette condamnation va-t-elle lui coûter son fauteuil ?

Cette décision ne contraint pas l'élu frontiste à la démission dans l'immédiat, Fabien Engelmann prévoyant "bien entendu" de faire appel, et d'aller devant le Conseil d'Etat si besoin.

Si la décision venait à être confirmée en appel, l'élu serait poussé à la démission, mais cela n'entraînerait pas automatiquement de nouvelles élections. Le conseil municipal, où ferait son entrée à la place du maire déchu le premier non élu de sa liste, devrait alors se réunir pour choisir un nouveau maire.

Comment se défend Fabien Engelmann ?

"Le Front national est derrière moi, Marine Le Pen également, et bien entendu nous allons faire appel au Conseil d'Etat", a-t-il déclaré, rappelant que son recours était suspensif. Sur BFMTV, il a également dénoncé une justice à deux vitesses.

Avant ce jugement , il avait également chargé la presse. "Les médias n'ont pas hésité à m'accuser de tous les maux : fraudeur, magouilleur, tricheur, incapable", a-t-il accusé. "Je n'ai trompé personne, ni magouillé, ni fraudé l'Etat et encore moins les habitants de la ville", a ajouté le maire.

Mais les polémiques à répétition à Hayange font aussi grincer des dents dans les instances dirigeantes du FN. Plusieurs cadres du parti critiquent ainsi en privé Fabien Engelmann, s'inquiétant de sa gestion de sa ville de près de 16 000 habitants, sinistrée depuis la crise de la sidérurgie lorraine. Outre la procédure devant la justice administrative, les comptes de campagne du maire sont visés par une enquête préliminaire du parquet de Thionville, ouverte en septembre à la suite d'une plainte de Marie Da Silva.