Cet article date de plus de quatre ans.

La justice rejette la demande de libération conditionnelle de Patrick Henry

En 1977, Patrick Henry a échappé de peu à la guillotine, tout en étant condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Patrick Henry, à Caen (Calvados), le 22 août 2002. (MYCHELE DANIAU / AFP)

Patrick Henry va rester en prison. La cour d'appel de Paris a rejeté sa demande de libération conditionnelle de Patrick Henry, jeudi 31 mars. Son avocate, qui a dit être "catastrophée", a aussitôt annoncé que son client se pourvoyait en cassation.

En 1977, Patrick Henry a été condamné à la réclusion à perpétuité pour le meurtre du petit Philippe Bertrand, 7 ans, près de Troyes (Aube). Patrick Henry avait, à l'époque, échappé de peu à la peine de mort, grâce à la plaidoirie de son avocat Robert Badinter.

Considéré comme un détenu modèle, Patrick Henry avait obtenu sa mise en liberté conditionnelle en mai 2001, après 25 ans de prison. Il était toutefois retourné derrière les barreaux en 2003, après avoir été arrêté en Espagne en possession de près de 10 kg de cannabis. Il avait alors été condamné à quatre ans d'emprisonnement et 20 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Caen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.