Justice : à la rencontre de l’emblématique juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 15 min.
Justice : à la rencontre de l’emblématique juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke
franceinfo
Article rédigé par
E. Lagarde, P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Omniprésent dans la sphère politico-financière pendant des décennies, le juge Renaud Van Ruymbeke était l’invité du 23h de franceinfo pour présenter son livre, "Mémoires d’un juge trop indépendant" aux éditions Tallandier.

Renaud Van Ruymbeke, juge d’instruction, a été impliqué dans de très nombreuses affaires politico-financières pendant 40 ans. D’abord en 1971 lorsqu’il enquêtait sur le ministre du Travail, Robert Boulin. Puis, avec l’affaire Urba, et la perquisition ordonnée au siège du Parti socialiste. Il avait été accusé de complot, mais Henri Emmanuelli, trésorier du PS, finissait par être condamné à 18 mois de prison avec sursis. Il y a également eu le dossier Elf, les frégates de Taïwan, Clearstream, l’affaire Jérôme Cahuzac, celle de Jérôme Kerviel ou encore Bygmalion, sur les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

"Une justice égale pour tous"

Celui qui a consacré sa vie à la justice financière et à un combat pour l’indépendance de la justice était l’invité du 23h de franceinfo pour présenter son livre Mémoires d’un juge trop indépendant aux éditions Tallandier. "La justice a énormément évolué en 40 ans. J’ai subi des entraves, des critiques. À une époque, les affaires étaient étouffées. Il y a eu un mouvement d’émancipation. À chaque fois, il y a eu des attaques. Ce fut une période charnière, je me suis retrouvé face au pouvoir", a-t-il détaillé, avant de poursuivre : "La justice fait son travail, elle doit le faire en respectant le principe de l’égalité. Ça lui vaut des critiques. Il y a un changement profond. Je ne peux pas imaginer qu’on revienne à la situation d’avant. Le citoyen demande une justice égale pour tous, qu’on soit puissant ou non", conclut Renaud Van Ruymbeke.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.