Cet article date de plus de trois ans.

Gironde : un homme mis en examen pour homicide involontaire après la mort d'un de ses amis tué par balle

Une information judiciaire a également été ouverte contre la jeune fille de 17 ans et deux autres jeunes majeurs, soupçonnés d'avoir modifié la scène de crime.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Après le tir présumé accidentel, pris de panique, les jeunes avaient déposé la victime encore vivante à la polyclinique puis avaient disparu dans la nature. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Un jeune homme a été mis en examen mercredi 22 août au soir pour homicide involontaire après le décès d'un jeune de 21 ans qui avait reçu une balle dans la tête à Bordeaux (Gironde) samedi, rapporte mercredi France Bleu Gironde.

Le jeune homme habitant Floirac (Gironde) et qui possédait une arme à feu, est soupçonné d'avoir causé involontairement le décès de son ami. Avec trois autres jeunes, dont une mineure de 17 ans, tous se trouvaient dans un garage de Floirac, quand la victime aurait de son propre chef braqué l'arme sur sa tempe faisant mine de tirer, sans savoir que celle-ci était effectivement chargée.

Après le tir présumé accidentel, pris de panique, les jeunes avaient déposé la victime encore vivante à la polyclinique de Lormont samedi soir, puis avaient disparu dans la nature. La victime est morte dimanche à l'hôpital des suites de ses blessures.

Les trois autres jeunes soupçonnés d'avoir modifié la scène de crime

Une information judiciaire a également été ouverte contre la jeune fille de 17 ans et deux autres jeunes majeurs, soupçonnés d'avoir modifié la scène de crime. Deux d'entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire, le troisième, déjà sous le coup d'une condamnation pour détention de stupéfiants, a été incarcéré.

En marge des faits, le parquet a demandé l'ouverture d'une enquête et confié celle-ci à l'IGPN, l'Inspection Générale de la Police Nationale, pour faire la lumière sur les propos choquants d'un policier bordelais. Sur Facebook, le fonctionnaire s'était réjoui du décès de la victime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.