Cet article date de plus de dix ans.

Euthanasie : l'urgentiste Nicolas Bonnemaison acquitté

Nicolas Bonnemaison, jugé pour l’empoisonnement de sept patients en fin de vie, est acquitté. Ce médecin comparaissait devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques depuis le 11 juin, pour avoir abrégé la vie de personnes âgées, très malades. L'avocat général avait demandé une peine de cinq ans de prison, possiblement assorti du sursis.
Article rédigé par Evelyne Chatelais
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Le docteur Bonnemaison, ici avec son épouse, acquitté © Maxppp)

Nicolas Bonnemaison a été acquitté par la cour d'Assises des Pyrénées-Atlantiques, de la totalité des faits qui lui étaient reprochés. Ce médecin de Bayonne était accusé d'avoir, par empoisonnement, abrégé la vie de sept patients, des personnes âgées très malades. Les jurés n'auront mis qu'un peu plus de trois heures à délibérer.

La blouse blanche pour le Dr Bonnemaison

L'un de ses avocats du médecin, Me Benoît Ducos-Ader est sorti du tribunal de Bayonne, sous un tonnerre d'applaudissements. Il a évoqué la victoire pour son client et un autre dossier d'actualité, l'affaire Lambert, portée devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

"Il n’y a ni héros, ni martyr. Cette décision est énorme, elle intervient en même temps que l’affaire Lambert, ça va obliger les politiques à aller plus vite. Nicolas Bonnemaison aura beaucoup souffert, mais certainement pour quelque chose. Il a toujours agi en médecin."

L'avocat du médecin-urgentiste de Bayonne s'est ensuite adressé au Conseil d'Etat pour qu'il répare une injustice.

"Il est scandaleux que le Conseil de l'Ordre ait radié un médecin, sans examiner le fond de l'affaire, c'est honteux."

A son tour, le second conseil du médecin est venu s'exprimer. Me Arnaud Dupin a évoqué "le soulagement " de Nicolas Bonnemaison et l'avocat a interpellé "les politiques qui se lancent dans des commissions pour ne rien faire. et on se rend compte que cela crée des drames humains".

"La fin de vie, c'est une vraie question, c'est celle de la justice humaine, celle qu'il a toujours revendiquée. J'en appelle à présent à ceux qui auront le courage de redonner la blouse blanche à Nicolas Bonnemaison."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.