L'enfant hospitalisé après des attractions à Eurodisney a subi une trachéotomie

Les faits remontent au 23 novembre. Le petit garçon de 12 ans, Argentin, est toujours hospitalisé à Necker, à Paris. Une enquête a été ouverte.

L\'attraction \"La Tour de la Terreur\" à Eurodisney (Marne-la-Vallée) le 5 avril 2008. 
L'attraction "La Tour de la Terreur" à Eurodisney (Marne-la-Vallée) le 5 avril 2008.  (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Un enfant argentin âgé de 12 ans, hospitalisé depuis le 23 novembre à Paris après avoir participé à trois attractions du parc Walt Disney Studios d'Eurodisney, a dû subir une trachéotomie, jeudi 8 décembre. Mercredi, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Meaux pour établir ce qui a provoqué l'état de l'enfant, hospitalisé à l'hôpital Necker à Paris.

Aucune plainte n'a pour l'heure été enregistrée et le lien entre l'hospitalisation et les attractions n'est pour le moment pas établi.

Une "paralysie générale"

"Il a eu quelques problèmes : une pneumonie et il a subi une trachéotomie", a déclaré la mère de l'enfant à Radio Continental, une radio argentine privée. "L'affection pulmonaire va mieux. L'impact [subi au cours d'une des attractions] a eu pour conséquence une immobilité des jambes et bras et a perturbé sa respiration", a-t-elle ajouté depuis Paris. "Si tout va bien, (...) nous pensons être en mesure de le rapatrier d'ici une semaine, mais c'est très coûteux", a-t-elle encore expliqué.

La "Tour de la terreur"

L'enfant, qui "ne se sentait pas bien, a été conduit par son père au centre de premiers soins du parc Walt Disney Studios, après y avoir fait trois attractions, dont celle de la 'Tour de la terreur', en avant-dernière position", a expliqué un porte-parole d'Eurodisney, confirmant une information de Libération.

Au vu "des symptômes d'ordre neurologique", un médecin a dirigé le père de famille et son fils "vers l'hôpital Necker" où l'enfant a été "transporté en ambulance par le SMUR", a poursuivi la direction. Elle a précisé qu'il "n'y a eu aucun autre incident similaire sur le parc ce jour-là, ni d'autre jour".