Cet article date de plus de six ans.

Disparues de l’A6 : une arrestation 18 ans après un meurtre

Un homme a été mis en examen et écroué jeudi pour le meurtre en 1996 d’une jeune fille en Saône-et-Loire. L’énigme faisait partie d’une dizaine d’affaires non élucidées, dite des "disparues de l’A6" du nom de l’autoroute traversant la Bourgogne, où des jeunes femmes ont été tuées dans les années 80 et 90.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Christelle Blétry, dont le meurtrier présumé est écroué, avait été tuée en 1996 © MaxPPP)

L’affaire remonte à la fin de l’année 1996. Trois jours après Noël, une étudiante de 20 ans est retrouvée dans un garage de Blanzy en Saône-Loire, poignardée d’une centaine de coups de couteau. Grâce à de nouvelles techniques, des traces ADN ont pu être récemment exploitées. Elles ont conduit à l’arrestation d’un homme de 56 ans.

Un "cold case" à la française

L’homme mis en examen et écroué pour le meurtre de la jeune fille, Christelle Blétry, ne vivait plus en Bourgogne. Selon le quotidien de Dijon Le Bien public , l’homme d’une cinquantaine d’années, marié et père de deux enfants, habitait dans les Landes, mais au moment de l’affaire, il vivait dans le secteur de Blanzy, près de Montceau-les-Mines. Il aurait été confondu par son ADN. Des traces laissées sur les vêtements de la victime ont pu être exploitées grâce à des techniques qui n’existaient pas au moment de l’enquête. Elles ont été recoupées avec une signature génétique figurant dans un fichier national.

Des familles dans l'attente

En 2013, les défenseurs de la famille de la victime avaient réclamé une nouvelle expertise. La mère de Christelle, sous le choc de l’annonce, devrait s’exprimer vendredi. L’une de ses avocates, Me Corinne Herrmann, explique comment le rapprochement entre les analyses et l’interpellation d’un suspect a pu être mené.

"C’est un espoir pour toutes les autres mamans qui attendent également la vérité." (Me Herrmann, avocate de la famille Blétry)
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’avocate rappelle que l’une des autres énigmes des "disparues de l’A6" datant de 27 ans a été résolue il y a 2 ans, mais que d’autres restent mystérieuses.

►►►A écouter, les premiers élements d'une enquête qui rebondit

Un des meurtres des "disparues de l'A6" élucidé : Jérôme Jadot
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.