DIRECT. "La réflexologie est devenue un outil pour me nuire", réagit Georges Tron lors de son procès pour viols en réunion

L'ancien secrétaire d'Etat est devant les assises de Seine-Saint-Denis pour répondre des accusations de viols et agressions sexuelles en réunion.

Le maire de Draveil Georges Tron (LR) arrive au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), mardi 12 décembre 2017, en compagnie de son avocat, Eric Dupont-Moretti.
Le maire de Draveil Georges Tron (LR) arrive au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), mardi 12 décembre 2017, en compagnie de son avocat, Eric Dupont-Moretti. (JACQUES DEMARTHON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le procès de Georges Tron s'est ouvert, mardi 12 décembre, devant les assises de Seine-Saint-Denis. L'ancien secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique est accusé de viols et agressions sexuelles en réunion par deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne). "La réflexologie est devenue un outil pour me nuire", a notamment affirmé le maire de Draveil lors du premier jour de son procès aux assises.

Neuf jours. L'élu du parti Les Républicains comparaît pendant neuf jours à Bobigny au côté de son ancienne adjointe à la Culture, Brigitte Gruel. Tous deux clament leur innocence.

La recherche de la vérité. "Je suis sans appréhension et j'espère que [le procès] servira à éclaircir des tas de choses qui auraient dû l'être depuis longtemps", avait déclaré Georges Tron à l'AFP à quelques jours du procès.

Un procès politique ? Eric Dupont-Moretti, l'avocat de Georges Tron, a affirmé sur franceinfo que "le Front national" est derrière les accusations portées contre son client, les plaignantes ayant des contacts avec la famille de Marine Le Pen.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRON

20h29 : Il y a quelques minutes, Albane Tron, épouse de l'accusé, témoignait en soutien de son mari. "Pardon, mais mon mari n'a pas besoin de violer les femmes", a-t-elle défendu, comme le rapporte sur Twitter une journaliste de France inter.

17h14 : Comme le relate Corinne Audouin, journaliste de France Inter suivant le procès, l'ancien député et secrétaire d'Etat Georges Tron est longuement revenu sur sa pratique de la réflexologie plantaire cet après-midi.

17h04 : Le procès aux assises de Georges Tron, accusé d'agressions sexuelles et de viols en réunion, se poursuit cet après-midi en Seine-Saint-Denis. Les plaignantes ont affirmé que les séances de réflexologie plantaire étaient le prélude des violences sexuelles qu'elles disent avoir subies. "La réflexologie est devenue un outil pour me nuire", a insisté l'ancien secrétaire d'Etat aujourd'hui. "Je ne pensais pas une seconde que ça pouvait poser problème", a-t-il ajouté, concédant une "forme d'imprudence".

15h20 : Vincent Ollivier, l'avocat de l'une des plaignantes, Virginie Faux, dénonce la stratégie de la défense dans un entretien à franceinfo. Pour ce dernier, la défense utilise "une stratégie assez classique, de celle de celui qui veut noyer son chien et qui l'accuse de la rage". "Les thèses d'un complot du Front national, de recherches d'indemnités, de mensonge" évoquées par la défense "seront balayées, comme elles l'ont été par la chambre de l'instruction et (...) par la Cour de cassation", assure-t-il.
Le tribunal de Bobigny, le 12 décembre 2017.

(JACQUES DEMARTHON / AFP)

15h21 : Le procès de Georges Tron se poursuit cet après-midi devant les assises de Saine-Saint-Denis. L'ancien député et secrétaire d'Etat à la Fonction publique est accusé d'agressions sexuelles et de viols en réunion. Georges Tron revient sur sa vie politique et les plaintes le visant, note Corinne Audouin, journaliste à France Inter suivant le procès.

12h50 : Corinne Audouin, journaliste à France Inter, suit le procès de Georges Tron aux assises de Seine-Saint-Denis. Sur Twitter, elle explique que de nombreux témoins n'ont pas répondu aux convocations pour participer au procès.

12h40 : Bonjour @jesuisraleur, en effet, Eric Dupont-Moretti est l'avocat de Georges Tron, ancien député et secrétaire d'Etat à la Fonction publique, jugé à partir d'aujourd'hui devant les assises de Seine-Saint-Denis pour agressions sexuelles et viols en réunion. Vous pouvez retrouver son entretien à l'ouverture du procès dans notre article.



12h36 : sur une photo j'ai cru voir Me Dupont-Moretti, serait-il son avocat?

10h20 : Avant d'entrer dans la salle où il sera jugé neuf jours durant, l'ancien secrétaire d'Etat à la Fonction publique (2010-2011) a traversé une nuée de caméras sans dire un mot, entouré par ses avocats Eric Dupond-Moretti et Antoine Vey.

10h20 : Le procès de l'ancien secrétaire d'Etat Georges Tron s'est ouvert devant les assises de Seine-Saint-Denis. Il est accusé de viols et agressions sexuelles en réunion par deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne).