Cet article date de plus de six ans.

Début du procès des journalistes français arrêtés en Indonésie

Ils sont deux. Thomas Dandois et Valentine Bourrat ont été arrêtés cet été en Papouasie alors qu’ils réalisaient un reportage pour Arte sans visa spécifique pour les journalistes ni autorisation des autorités indonésiennes. Leur procès s'ouvre aujourd'hui. Ils risquent jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Valentine Bourrat et Thomas Dandois arrivent au tribunal de Papouasie, le 10 octobre 2014 © Maxppp)

Thomas Dandois, 40 ans, et Valentine Bourrat 29 ans, comparaissent ce lundi  devant le tribunal de district de Jayapura, la capitale de la Papouasie, où ils doivent répondre d'"usage abusif de visa d'entrée" en Indonésie, a déclaré l'avocat  Aristo Pangaribuan.

 

Interpellés le 6 août dernier pour infraction à la législation sur l'immigration, cela fait déjà deux mois que les deux journalistes français sont retenus en Indonésie, une période inhabituellement longue. Leur procès s’ouvre ce lundi. Il pourrait théoriquement durer jusquà 15 semaines, la durée maximale pour ce type d'affaire.

"Nous n’avons aucune certitude sur la durée du procès pour l’instant", explique Marie-Cécile Destandeau, du comité de soutien à Thomas Dandois et Valentine Bourrat
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un délit passible de cinq ans de prison

​Partis cet été faire un reportage en Papouasie occidentale pour Arte sur les conditions de vie locales et les revendications des séparatistes,  ils étaient rentrés dans le pays avec un simple visa de tourisme et non de "journaliste", très difficile à obtenir. Pour ce délit, ils risquent jusqu'à cinq ans de prison et  500 millions de roupies indonésiennes (42.000 dollars) d'amende.

Un cas pour l’exemple ? ... Pour Pierre Creisson, du comité de soutien des deux journalistes, leur détention, inhabituellement longue, a un lien avec la situation politique actuelle du pays
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

 

Une pétition en ligne sur les site de Reporters sans Frontières pour demander leur libération des journalistes a déjà recueilli le soutien de nombreux journalistes et personnalités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.