Daniel Legrand, ancien acquitté d'Outreau, "serein" à son deuxième procès

Daniel Legrand avait été relaxé il y a dix ans dans l'affaire d'Outreau, retentissant fiasco judiciaire. Depuis mardi matin, il répond, devant le tribunal de Rennes, de viols sur enfants alors qu'il était mineur.

(Daniel Legrand, l'un des 13 acquittés d'Outreau, à nouveau jugé à Rennes © MaxPPP)

L'audience s'annonçait agitée avant même le début des débats. Les échanges entre les avocats étaient déjà tendus et le président de la cour d'assises des mineurs d'Ille-et-Vilaine, Philippe Dary, a réclamé dès sa première intervention des débats "clairs (et) aussi sereins que possibles" .

Ce procès est un parallèle de celui d'Outreau, dans lequel il a été acquitté. A l'époque, Daniel Legrand était jugé pour des viols sur les quatre fils de la famille Delay. Il a été acquitté, mais uniquement pour les faits qui datent d'après sa majorité. Cette fois, les accusations sont les mêmes : il comparaît à nouveau pour viols présumés sur ces mêmes enfants, mais alors qu'il était lui-même mineur.

"Je suis serein, je suis prêt à défendre mon honneur" , a affirmé Daniel Legrand avant l'audience.

Récit de la première matinée d'audience avec Laurent Doulsan (et Raphaëlle Duchemin)
--'--
--'--

Les parties civiles promettent des révélations

Les trois aînés, Chérif, Dimitri et Jonathan Delay, se sont constitués partie civile. Chérif Delay, incarcéré pour une raison non précisée, a été en outre hospitalisé et ne pourra pas venir témoigner, a annoncé le greffe à la cour mardi.

L'avocat de Jonathan Delay assure que le jeune homme n'a pas racontait tout ce qui le concernait : " il a envie de parler", explique-t-il.

"Jusqu'à présent, il était traité comme un témoin mais il a des choses à dire" Me Patrice Reviron
--'--
--'--
A l'origine de ce nouveau procès à Rennes, une initiative de l'association de défense de l'enfance, Innocence en danger, venue en aide à plusieurs des enfants Delay après leur majorité. En 2013, elle a rappelé au parquet de Douai que les charges retenues contre Daniel Legrand lorsqu'il était mineur n'avaient pas été jugées et risquaient d'être prescrites.

Le dossier d'Outreau, portant sur un réseau pédophile présumé, a éclaté en février 2001. Mais, après deux procès, à Saint-Omer (Pas-de-Calais) en 2004 puis en appel à Paris fin 2005, l'affaire a débouché sur l'acquittement de 13 personnes sur les 17 mises en examen, après parfois trois ans de détention provisoire.