Corse : le FLNC menace de reprendre les armes

Alors que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls est en Corse, le FLNC menace de reprendre les armes si la situation n'évolue pas. Des propos contenus dans un communiqué transmis à nos collègues de France Bleu RCFM et authentifié ce mardi.

(Radio France)

"S oit l'Etat français prend
la mesure de l'effet désastreux de sa gestion de la Corse depuis deux siècles et
demi et il en tire toutes les conséquences, soit il poursuit son rôle actif dans
la destruction de notre peuple, et dans ce cas, nous reprendrons les armes pour
que la France reconnaisse nos droits nationaux".
*

  • "Un Etat colonisateur" et les élus
    "spectateurs ou complices"

Ainsi s'exprime dans ce communiqué ce FLNC dit de juillet 2012 car issu à cette époque d'une scission avec l'Union
des combattants. Il y a un an, il affichait une
couleur politique de gauche, et misait sur l'arrivée d'un nouveau gouvernement
socialiste pour la reconnaissance des revendications portées depuis 40 ans par
les nationalistes. Mais aujourd'hui il affiche sa déception. "Jamais
nous n'avons connu un tel chaos, citant le poids de la voyoucratie dans l'ile,
instrumentalisée par l'Etat pour combattre le nationalisme.
La France reste à ce jour un Etat colonisateur, et les élus
corses, étant pour la plupart spectateurs ou complices".

Il y a un an, ce FLNC indiquait regrouper des militants de longue date,
habitués de la lutte armée. S'ils ne revendiquent aucune action, ils se disent donc 
prêt à reprendre les armes, au moment même ou le ministre de l'Intérieur en
visite dans l'île tente de convaincre les Corses sur l'efficacité de l'action de
son gouvernement.