Condamné pour le viol de son petit-fils, Christian Iacono obtient la saisine de la Cour de révision

L'ancien maire de Vence avait été condamné à neuf ans de prison ; sauf que son petit-fils était revenu sur ses accusations. A la Cour de révision de dire maintenant si elle annule ou non la condamnation. La Commission de révision des condamnations pénales a rendu la même décision pour Rapahël Maillant, condamné pour le meurtre de son ex-petite amie.

(Jean-Pierre Amet Reuters)

"La justice a enfin compris la vérité, ça fait du bien !" , s'est exclamé Gabriel Iacono, le petit-fils de Christian. Compris son erreur ? Car après avoir fait condamner son grand-père pour viol - neuf ans de prison, en appel - Gabriel Iacono s'était finalement rétracté.

Au final, Christian Iacono, ancien maire de Vence, dans les Alpes-Maritimes, a purgé 16 mois de prison, avant d'être remis en liberté le 5 avril dernier.

La Commission de révision des condamnations pénales vient donc de l'autoriser à saisir la Cour de révision. A celle-ci de dire si elle annule, ou non, la condamnation, et ordonne un nouveau procès. Depuis 1945, seuls huit condamnés pour des crimes ont été acquittés au terme d'une procédure de révision.

Un autre condamné a obtenu la saisine de la Cour de révision : Raphaël Maillant, condamné à 17 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-petite amie dans les Vosges. Un meurtre qu'il a toujours nié.