Chambon-sur-Lignon : 30 ans requis contre le meurtrier présumé d'Agnès

Une peine très lourde a été requise contre le violeur et meurtrier présumé d'Agnès, 13 ans, au Chambon-sur-Lignon : trente ans de réclusion criminelle et une injonction de soins "sans limitation de durée". L'avocate générale envisage même, à l'encontre de Matthieu, 19 ans, jugé par les assises des mineurs, la rétention de sûreté en fin de peine.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le huis clos, décrété pour l'ensemble du procès à la demande de l'avocate de la première victime de Matthieu, avait été levé pour la partie des réquisitions concernant la personnalité de l'accusé et la peine demandée.

D'entrée de jeu, l'avocate générale a écarté l'excuse de minorité, qui limite la peine encourue à vingt ans. 
L'avocate générale juge l'accusé pleinement responsable de ses actes, et se montre pessimiste sur les chances "d'amélioration" de la personnalité du jeune homme. Estimant nécessaire d'éviter "de nouveaux drames", Jeanne-Marie Vermeulin réclame trente ans de réclusion criminelle.

Rétention de sûreté "si nécessaire" 

L'avocate générale demande aux jurés d'assortir la condamnation d'une injonction de soins "sans limitation de durée". Envisageant même la rétention de sûreté en fin de peine, "si cela s'avère nécessaire".  Mais elle n'est pas allée jusqu'à requérir la perpétuité, une sanction rarissime pour des mineurs

Cet après-midi, place aux plaidoiries de la défense. La voie semble étroite pour la défense du jeune Matthieu. Jusqu'à présent, ses conseils ont fait le choix du silence, alors que l'avocat et la famille d'Agnès se sont largement exprimés dans la presse.
La mère de la victime a ainsi décrit un accusé "complètement absent [...] et qui s'est endormi pendant qu'on montrait les photos de l'autopsie de sa fille".

Le verdict devrait être rendu tard dans la soirée.