Cet article date de plus de sept ans.

Centres de rétention : un rapport dénonce des abus persistants

EXCLU | France info s'est procuré le rapport 2012 sur les centres de rétention administrative. Ce document réalisé par plusieurs associations en charge de migrants dénonce l'enferment de masse et encore trop souvent abusif. Une amélioration cependant : la forte réduction du nombre de placements de famille en métropole.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

"La rétention administrative doit
redevenir l'exception
". C'était l'une des volontés du candidat Hollande. Mais un an et demi après son accession au pouvoir, la politique à l'égard des étrangers en situation irrégulière n'a pas beaucoup évolué. C'est en tout cas ce que constatent les associations comme la Cimade ou France Terre d'Asile qui publient ce mercredi leur rapport annuel sur les Centres de Rétention et que France Info s'est procuré.

La durée de rétention reste excessive

En 2012, le nombre de personnes placées dans
ces centres a baissé. Il est passé de plus de 51.385 à 43.746. Dans le même temps, le nombre des
ressortissants étrangers expulsés du territoire français a augmenté, passant de 32.912 à 36.822.

Par ailleurs, la durée maximale de rétention,
c'est-à-dire 45 jours, reste très excessive selon les associations.Globalement, les associations reprochent au gouvernement  son manque de courage, comme l'explique Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile.

Les associations notent toutefois quelques
évolutions positives, comme la baisse sensible du nombre de familles placées dans ces centres de rétention en métropole.

 

 [null,null] Le rapport sur les centres de rétentions en 2012 publié par France_Info.fr

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.