Cet article date de plus de sept ans.

Bizutage: de la prison avec sursis pour une agression à Dauphine

Quatre jeunes gens ont été condamnés à huit mois de prison avec sursis pour l’agression d’un étudiant à Paris-Dauphine. Une cérémonie d’intégration avait tourné en bizutage violent à l’université en octobre 2011.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les jeux d'intégration oui, comme ici à Toulouse. Le bizutage non. C'est un délit © Maxppp)

Dans cette affaire qui avait fait du bruit à l’automne 2011, quatre garçons d’une vingtaine d’années ont été condamnés à la même peine, bien qu’un seul était poursuivi pour violences  aggravées. Les trois autres jeunes gens ont comparu pour complicité.

Tous écopent de huit mois de prison avec sursis et 8.000 euros d’amende à verser solidairement à la victime. Le jugement annoncé lundi au tribunal correctionnel de Paris va bien au-delà des réquisitions, fixées à trois mois de prison avec sursis.

Blessures et humiliation

En début d’année universitaire, un étudiant de 18 ans de Dauphine à Paris avait souhaité rejoindre un groupe proposant diverses activités, la Jeune association pour la promotion des activités à Dauphine (JAPAD). L’entretien pour l'adhésion avait été violent, blessant et humiliant.

L’étudiant était passé par un bizutage d'un autre âge et totalement interdit.

Il avait été obligé de boire des bières en série, au point d’être malade. Obligé aussi de s’agenouiller et de se dénuder en partie. En plus de coups de poing, un membre de l’association, étudiant lui aussi, lui avait inscrit le mot "JAPAD " sur le dos avec une capsule de bière.

Le bizutage est un délit

Lors du procès le 2 juin et près de trois ans après les faits, la victime semblait encore très marquée psychologiquement. Son avocat, Me Benoît Dietsch, avait dit sa satisfaction de voir le délit de bizutage reconnu, un délit très peu utilisé. Les avocats des prévenus n'ont pas précisé s'ils allaient faire appel de la condamnation. 

Depuis plusieurs années, les informations pour tenter de limiter le bizutage sont relancées au moment de chaque rentrée scolaire et universitaire. Ces infos visent les scolaires, les étudiants, les familles, mais aussi les établissements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.