Bernard Tapie déféré, l'État dépose un recours contre l'arbitrage

Comme prévu, le Consortium de rélisation, l'entité chargée de la liquidation du passif du Crédit lyonnais, a déposé un recours en justice contre l'arbitrage rendu dans l'affaire Tapie/Adidas. A ce jour, trois personnes sont mises en examen. Bernard Tapie et son avocat pourraient l'être, à leur tour, dans la journée : l'homme d'affaires a été déféré devant un juge à l'issue de quatre jours de garde à vue.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ce recours, attendu après la confirmation de Matignon il y a quinze jours, était contraint par le
délai de prescription, très court.

Le Consortium de réalisation (CDR), l'entité créée spécialement pour apurer le
passif du Lyonnais, a déposé son recours contre l'arbitrage un mois, jour pour
jour, après la première mention dans la presse d'une dédicace de Bernard Tapie
à l'un des juges arbitres, Pierre Estoup, dans un de ses livres.

L'État conteste à présent la
validité de cet arbitrage qui a octroyé à Bernard Tapie, en 2008, quelque 403
millions d'euros pour solder son litige avec la banque, à la suite de la
revente d'Adidas.

Tapie fixé sur son sort

A ce jour, trois personnes ont été
mises en examen dans ce dossier pour "escroquerie en bande organisée"
: outre Pierre Estoup, Stéphane Richard, actuel PDG d'Orange et ancien
directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et Jean-François Rocchi,
l'ancien président du CDR.

Bernard Tapie, en garde à vue depuis quatre jours, devrait être fixé à son tour
sur son sort dans la journée : il a été déféré en milieu de matinée devant un juge du pôle financier en vue de sa probable mise en examen.