Belgique : nouvelles perquisitions à Molenbeek, un Français recherché

Un nouvelle opération de police est en cours ce lundi à Molenbeek en Belgique, lieu dont sont originaires plusieurs suspects des attentats de Paris. Salah Abdeslam, un Français résident belge soupçonné d'être lié aux terroristes, est toujours par ailleurs toujours activement recherché.

(Appel à témoins © Police Nationale)

Une nouvelle et importante opération de police était en cours, lundi à Molenbeek, près de Bruxelles en Belgique. Des perquisitions sont menées dans ce quartier dont sont originaires plusieurs suspects des attentats de Paris et de Saint-Denis vendredi.

Cette opération de police se déroule dans le cadre de l'enquête qui se concentre désormais sur une filière franco-belge. Ce week-end déjà, sept personnes avaient été interpellées à Molenbeek, un quartier de l’agglomération de Bruxelles connu pour être un foyer de l’islamisme radical. Cinq de ces sept personnes suspectées d'être impliquées dans les attentats de Paris ont été relachées en début d'après-midi lundi. Parmi elles figure Mohamed Abdeslam, le frère d'un des kamikazes. Les deux autres étaient toujours en détention provisoire.

EN DIRECT ►►► Suivez notre édition spéciale

Molenbeek, c'est notamment là qu'a vécu Medhi Nemmouche, l’auteur présumé du musée juif de Bruxelles. C’est aussi dans ce quartier qu’Amedy Coulibaly, l’un des terroristes des attentats de janvier en France se serait procuré des armes, tout comme Ayoub El Khazzani, l’homme qui avait ouvert le feu dans le Thalys au mois d’août.

Un Français toujours recherché

L'enquête se concentre également sur un Français, résidant en Belgique, Salah Abdeslam, 26 ans. Il aurait pris la fuite et il est visé par un mandat d’arrêt international. La police française a diffusé son signalement et sa photo. Il mesure 1m75, il a les yeux marron, précise la fiche de recherche. Les enquêteurs savent aussi que ce Français a loué une ou plusieurs voitures qui ont servi aux commandos vendredi à Paris.

Salah Abdeslam était-il dans la capitale lors des attaques ? C’est une hypothèse privilégiée. En tout cas, il a été contrôlé sur la route samedi matin vers 9h par les gendarmes français, à Cambrai, près de la frontière belge. Les gendarmes ont procédé à un contrôle d’identité mais ils ont laissé l’individu repartir. L’homme était fiché en Belgique, on ignore pour quel motif précisément, mais il n’était pas fiché par les services de renseignements français. Ce n'est que quelques heures plus tard que les gendarmes ont appris qu’il avait peut-être un rapport avec les attaques de Paris. 

L'un des frères de Salah Abdeslam a été identifié comme étant le kamikaze qui s'est fait exploser au Comptoir Voltaire vendredi. Le troisième de cette fratrie, arrêté samedi en Belgique, est actuellement en garde à vue.

A LIRE AUSSI >  Attentats de Paris : les frères Abdeslam, itinéraire d'une famille de Molenbeek

Cinq kamikazes désormais identifiés

Sur les sept kamikazes morts lors des attentats de Paris et Saint-Denis vendredi, cinq sont désormais identifiés. Le premier, Omar Ismaïl Mostefaï, né à Courcouronnes (Essonne) en 1985, faisait partie du commando du  Bataclan. Il avait fait l'objet d'une fiche S en 2010, renouvelée le 12 octobre dernier, selon nos informations.

Le parquet de Paris a annoncé la nuit dernière avoir identifié deux autres kamikazes, l’un de ceux qui s’est fait exploser près du Stade de France, Bilal Hadfi, 20 ans, ainsi que l'auteur de l’attentat suicide du Comptoir Voltaire, Brahim Abdeslam, né en 1984 et résidant en Belgique.

Et puis lundi matin, le procureur de la République révélait l'identité de deux autres terroristes. L'un qui s'est fait exploser sur le parvis du Stade de France, l'autre qui a participé à la tuerie du Bataclan.