Cet article date de plus de trois ans.

Aveux de Michel Fourniret : qui sont les deux nouvelles victimes présumées de "l'ogre des Ardennes" ?

Le tueur en série, déjà condamné pour sept meurtres, a reconnu avoir "croisé la route" de Marie-Angèle Domece et Joanna Parrish, en 1988 et en 1990, dans l'Yonne. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le tueur en série Michel Fourniret, lors de la reconstitution du viol et du meurtre de Natacha Danais, à Rezé (Loire-Atlantique), le 15 mars 2006.  (FRED DUFOUR / AFP)

C'est peut-être la fin d'une longue attente pour les proches de Joanna Parrish et de Marie-Angèle Domece. Le tueur en série français Michel Fourniret, condamné en 2008 à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes filles, a avoué avoir tué ces deux jeunes femmes au début des années 1990, a-t-on appris vendredi 16 février. 

Le meurtrier, âgé de 75 ans, a été entendu en secret à Paris dans le courant de la semaine. "Il a fait des aveux circonstanciés et réitérés. Il reconnaît clairement et à plusieurs reprises avoir tué Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece", a précisé Didier Seban, avocat de la famille de Joanna Parrish. "L'ogre des Ardennes" avait jusqu'à présent toujours nié ces meurtres. Qui étaient ces deux victimes ? Comment l'enquête a-t-elle progressé ? Franceinfo vous en dit plus. 

Joanna Parrish, 20 ans, retrouvée morte le 17 mai 1990

Qui était Joanna Parrish ? Les aveux de Michel Fourniret interviennent près de 28 ans après le meurtre de Joanna Parrish. Agée de 20 ans en 1990, cette étudiante en langues à l'université de Leeds (Royaume-Uni) était originaire de Newnham-on-Severn, dans le comté du Gloucestershire (Royaume-Uni), précise la BBC (en anglais). Etudiant le français et l'espagnol, elle travaillait au printemps 1990 comme assistante d'anglais au lycée Jacques-Amyot d'Auxerre (Yonne). 

Comment est-elle morte ? Le 17 mai 1990, un pêcheur découvre son corps sur une rive de Monéteau (Yonne), à six kilomètres d'Auxerre, relate France 3. Cette découverte macabre intervient le jour suivant sa disparition, précise le quotidien britannique The Daily Telegraph (en anglais). Joanna Parrish venait alors de publier une annonce dans un journal local afin de proposer des cours d'anglais. Enlevée, la jeune femme, retrouvée nue, a été violée, battue et étranglée, selon les résultats de son autopsie. Son corps, attaché, avait ensuite été jeté dans la rivière. 

Comment le nom de Fourniret est apparu dans l'enquête ? Pendant près de quinze ans, l'enquête a très peu avancé, relate Paris Match. Mais en 2005, Monique Olivier, l'épouse de Michel Fourniret, dénonce les actes de son mari. Elle confie alors qu'en 1990, ce dernier l'a poussé à venir avec lui pour enlever une jeune femme près de la gare d'Auxerre, explique Le Monde. Monique Olivier raconte ensuite que cette femme a été violée et étranglée, avant d'être jetée, poings et pieds liés, dans l'Yonne. L'épouse du tueur en série finit cependant par se rétracter. "L'ogre des Ardennes", mis en examen le 11 mars 2008 pour l'enlèvement et l'assassinat de Joanna Parrish, bénéficie finalement d'un non-lieu le 14 septembre 2011. 

L'affaire rebondit le 5 juin 2012, raconte Paris Match. De nouvelles pistes amènent la cour d'appel de Paris à annuler ce non-lieu. "Sur la base d’une dénonciation, qui a déjà fait l’objet de vérifications, les enquêteurs vont se pencher sur une nouvelle piste, celle d’un homme au lourd passé criminel. Il s’agit d’une piste sérieuse", déclare alors Didier Seban. L'enquête vise un homme, déjà condamné pour viol, tandis que les investigations autour du couple Fourniret-Olivier se poursuivent. Cinq ans plus tard, "le dossier a été complètement repris à zéro", a confié Didier Seban à l'AFP vendredi. "Il y a eu un énorme travail des gendarmes de la section de recherches de Dijon et de la justice, pour vérifier où Michel Fourniret se trouvait, les points de son parcours, sa présence à Auxerre le jour de la disparition de Joanna Parrish, a-t-il précisé. Dans cette affaire, tout menait à eux." 

Marie-Angèle Domece, 19 ans, disparue le 8 juillet 1988

Qui était Marie-Angèle Domece ? "Il était temps que ça s'arrête." Samedi matin, l'avocate des parents de Marie-Angèle Domece, Corinne Herrmann, a réagi au micro d'Europe 1 à l'aveu de Michel Fourniret. Pour ses clients, "c'est la fin d'un parcours (...) le début d'une nouvelle phase et, je l'espère pour eux, d'un apaisement".

Comment est-elle morte ? Le 8 juillet 1988, leur fille Marie-Angèle, handicapée mentale de 19 ans, disparaissait près du foyer Leclerc de Fourolles à Auxerre, relate Le Figaro. Son corps ne sera jamais retrouvé. A l'époque, selon Le Parisien, Michel Fourniret et Monique Olivier vivent à Saint-Cyr-les-Colons (Yonne), une commune proche d'Auxerre où réside la grand-mère de Marie-Angèle Domece. 

Comment le nom de Fourniret est apparu dans l'enquête ? Les investigations autour de cette disparition progressent en parallèle de celles visant le meurtre de Joanna Parrish. L'enquête, relancée en 2002 après une plainte du père et de la sœur de la jeune femme, prend elle aussi un nouveau tournant en 2005 du fait des déclarations de Monique Olivier, explique Le Monde. Comme pour Joanna Parrish, l'épouse de Michel Fourniret évoque alors "un enlèvement entre Saint-Cyr-les-Colons et Auxerre en rase campagne" en 1988, puis une tentative de viol suivi de l'étranglement de la victime. "Fourniret a dit à sa femme que là où il l'avait mise, plus personne ne la retrouverait jamais", a alors déclaré le procureur de Charleville-Mézières (Ardennes), Francis Nachbar, cité par Le Monde

Mais à l'instar de Joanna Parrish, Monique Olivier revient sur ses déclarations en 2006, rapporte 20 Minutes. Son mari est néanmoins mis en examen le 11 mars 2008 pour l'enlèvement et l'assassinat de la jeune femme handicapée, en parallèle de sa mise en examen pour le meurtre de l'étudiante britannique. Comme dans cette enquête, il bénéficiera d'un non-lieu en 2011. Près de sept ans plus tard, ces deux affaires pourraient enfin être élucidées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.