Cet article date de plus de cinq ans.

Antiterrorisme : le coup de gueule des procureurs

C'est un très gros coup de gueule que passent ce vendredi les procureurs de la République. Ils estiment qu'ils n'ont pas les moyens de faire face à la menace terroriste exceptionnelle et à l'état d'urgence depuis un mois. Ils ont fait parvenir une lettre à Christiane Taubira lundi dernier pour dire à la garde des Sceaux qu'ils allaient suspendre une partie de leurs activités habituelles.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Rentrée judiciaire à Nancy. Les procureurs de la République estiment ne pas avoir les moyens de faire face à la menace terroriste. © Maxppp)

Les procureurs de la république doivent supporter aujourd'hui une pression sans précédent notamment en matière de terrorisme. Depuis un an, ils ont dû créer des cellules contre la radicalisation. Chaque parquet a un référent terrorisme pour être en relation permanente avec les préfectures, avec les parquets antiterroristes. Ils doivent gérer les signalements dans les prisons, dans les écoles, dans les administrations publiques. Ils doivent gérer ceux qui essaient de partir en Syrie avec une obsession, une hantise, ne pas passer à côté d'un profil inquiétant.

Or ils n'ont pas assez de moyens, ils n'ont pas eu de renforts pour faire face. Le problème n'est pas nouveau mais l'état d'urgence depuis un mois les met dans une position intenable. Les procureurs ont donc été clairs avec Christiane Taubira. D'accord pour mettre le parquet sur la lutte antiterroriste mais en revanche, ils lui ont écrit qu'ils allaient abandonner d’autres missions moins opérationnelles, des réunions de prévention, tous les comptes-rendus qu'ils doivent faire remonter. Ils ne le feront plus tant que des moyens n'auront pas été débloqués en urgence. La ministre ne leur a pas encore répondu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.