Cet article date de plus de six ans.

Affaire Iacono : aucune peine requise par l'avocat général au procès en révision

Aux assises du Rhône, l'avocat général n'a requis aucune peine contre Christian Iacono, accusé du viol de son petit-fils Gabriel. Mais il a, dans le même temps, estimé qu'il y a avait bien eu abus sexuels.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Aucune peine n'a été requise par l'avocat général contre Christian Iacono accusé du viol de son petit-fils © MaxPPP)

Le réqusitoire a un côté déroutant. Sans réclamer de peine à l'encontre de Christian Iacono, aux assises du Rhône, ce mardi, l'avocat général a indiqué que "Gabriel avait bien été victime d'abus sexuels" Et que "l'auteur en est son grand-père Christian Iacono" . Jean-Paul Gandolière a précisé à l'attention des jurés : "Je vous laisse avec cette conviction, je vous invite à réfléchir et à vosu forger votre propre avis." 

Au procès qui a débuté le lundi 16 mars, l'avocat général a lancé : "Bien sûr que cet enfant a été victime d'abus sexuels, on ne peut pas remettre en cause ses déclarations" en faisant allusion à plusieurs signes cliniques qui ont été détaillés par les experts au cours du procès en révision devant les assises du Rhône à Lyon. 

Christian Iacono  a déjà été condamné en 2009, puis en appel en 2011 pour les mêmes faits. Il avait alors écopé de neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils Gabriel, entre 1996 et 1998. La victime l'a longtemps accusé avant de se rétracter en mai 2011 dans un courrier adressé au parquet de Grasse. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.