Affaire des bébés échangés à Cannes : la clinique condamnée ne fera pas appel

La clinique internationales de Cannes (Alpes-Maritimes) a été reconnue responsable le 10 février de l'échange par mégarde de deux bébés placés en couveuse en juillet 1994. Avec la société d'assurances de l'établissement, elle a été condamnée à verser 1,88 million d'euros aux deux familles "en réparation des préjudices consécutifs au manquement à cette obligation de résultat".

(Sophie Serrano et sa fille Manon, l'un des bébés échangés © MAXPPP)

C'est l'épilogue d'une affaire vieille de plus de 20 ans. La Clinique Internationale de Cannes et la Société hospitalière d'assurances mutuelles avaient été condamnées début février par le tribunal de Grasse "en réparation des préjudices consécutifs au manquement à cette obligation de résultat" à verser 1,88 million d'euros aux deux familles. La clinique a fait savoir jeudi à France Info qu'elle ne fera pas appel. La condamnation est donc définitive. La clinique et la société d'assurances devront donc verser 400.000 euros par enfant échangé, 300.000 euros aux trois parents concernés, et 60.000 pour les frères et soeur, au nombre de trois.

Après un accouchement dans une maternité de Cannes en juillet 1994, Manon et Mathilde avaient été placées dans la même couveuse. Par erreur, elles seront échangées. Au fil des années, la peau de l'une des filles devenait de plus en plus mate, alors qu'aucun des deux parents n'était noir ou métis. Cela a attiré l'attention des familles. L'erreur de la clinique a été révélée grâce à des tests ADN de paternité réclamés par le père de Manon. Les deux filles étaient alors agées de 10 ans. Elles en auront 20 le 4 juillet prochain.