Cet article date de plus de six ans.

Vers un dépôt de bilan pour la crèche Baby Loup ?

Cette structure de Conflans (Yvelines), connue pour avoir licencié une de ses salariées qui refusait de retirer son voile, pâtit des municipales. Le nouvel édile refuse de verser à la crèche la même subvention que son prédécesseur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La crèche Baby Loup, alors installée à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), le 6 décembre 2006. (  MAXPPP)

Depuis cinq ans, la crèche Baby Loup est au cœur du débat entre partisans de la laïcité et de la liberté religieuse. L'établissement avait licencié pour faute grave en 2005 une salariée qui refusait de retirer son voile au travail. Mais si cette affaire pourrait connaitre encore des rebondissements judiciaires, l'histoire de la crèche pourrait, elle, bientôt prendre fin. La structure, installée à l'époque à Chanteloup-les-Vignes et désormais installée à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), est sur le point de déposer le bilan, selon les informations du Figaro, vendredi 26 septembre.

En cause : le changement de maire lors des dernières élections municipales. La précédente municipalité de gauche avait prévu dans son budget 2014 d'allouer 400 000 euros à cette crèche associative qui dépend à 80% d'un financement public. Mais le nouveau maire UMP, Laurent Brosse, n'a pas l'intention d'honorer cet engagement. Il ne soumettra au vote des conseillers municipaux qu'une enveloppe de 90 000 euros.

La "promesse ne reposait sur rien"

L'édile affirme que la "promesse" de son prédécesseur "ne reposait sur rien". Il explique que l'engagement, pris dans une lettre, n'a pas été entériné lors d'un vote du conseil municipal. "Pour nous, la question n'est pas la laïcité mais l'équité avec les autres crèches de Conflans, notamment les crèches municipales", justifie l'élu. Mais Natalia Baleato, la directrice de l'établissement, prévient : "A moins de 300 000 euros de la part de la mairie, nous ne pourrons plus travailler."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.